martinique
info locale

Entre motion de défiance et mise au point, rien ne va plus dans l'Académie Martinique

éducation
Manifestation devant le rectorat
Manifestation devant le rectorat à Schoelcher (vendredi 15 septembre 2017). ©Pierre-Yves Honoré
"Pressions", "harcèlements", "menaces": dans leur motion, les syndicats signataires dénoncent avec force les "méthodes" de Pascal Jan, le recteur de Martinique, dont ils demandent le départ immédiat. Mais, 2 jours après, le syndicat ID FO, section Martinique, prend le contre-pied. 
C'est en début de week-end que nous est parvenue la missive signée par 5 syndicats de l'éducation (CGTM, CDMT, FO, UNSA, FSU). Cette missive vise directement et exclusivement l'actuel Recteur d'Académie, Monsieur Pascal Jan, et son secrétaire général Yannick Jolly. 

Dans les quelques lignes de ce communiqué, ils commencent par dénoncer ce qu'ils appellent "les pratiques calamiteuses de gestion  des personnels. Et les arguments ne manquent pas: "harcèlement", "pressions", "menaces" seraient le quotidien de nombre de salariés gérés par l'actuel recteur d'académie.

Une situation grave qui pousse l'intersyndicale à demander le départ immédiat de Pascal Jan et de son secrétaire général.

Motion de l'intersyndicale pour demander le départ du Recteur Académique, Pascal JAN

Mais aujourd'hui, un autre communiqué parvenu aux journalistes cette fin d'après-midi fait une mise au point. Le syndicat ID FO (syndicat majoritaire chez les personnels de direction de l'académie Martinique) y explique que le recteur était parfaitement dans son rôle lors d'une fameuse réunion.
En effet,ce vendredi (24 janbvier 2020), Pascal Jan avait réunis tous les chefs d'établissement scolaires. Une réunion prévue de longue date selon le communiqué toujours.
"Il n'y a pas eu de pressions de la part du recteur envers les chefs d'établissement !" dit en substance le document.  
Pourtant, quelque lignes plus haut on peut lire : "Nous avons clairement affirmé notre refus de recourir à la procédure de référé". Coroborant alors l'un des arguments de l'intersyndicale.

IDFO Section Martinique (communiqué)

La missive initiale de l'intersyndicale de l'éducation avait été écrite surtout pour dénoncer la "pression exercée par Pascal Jan sur les principaux de collèges et proviseurs de lycées de Martinique" lors de la dite réunion.
Il voulait, entre autres, faire le point notamment sur les blocages des collèges et lycées dans le cadre de la grève générale contre la réforme des retraites.

En attendant, les collèges et lycées de Martinique risquent d'être perturbés dès demain 27 janvier 2020.
 
Publicité