Une épidémie de dengue sévit à la Jamaïque

monde
moustique
Moustique Aedes aegypti vecteur de maladie comme la dengue, le zika ou le chikungunya. ©NELSON ALMEIDA / AFP
Selon les chiffres officiels, sept personnes seraient mortes de la dengue et 800 autres ont été infectées par le virus. Le gouvernement a mobilisé des centaines de travailleurs intermittents pour réaliser des contrôles dans les communes les plus touchées.
Le ministre de la Santé, Christopher Tufton, s’est déplacé dans plusieurs communes de la Jamaïque pour tenter de rassurer la population. Le gouvernement fait le maximum pour faire face à l’épidémie de dengue.
"La saison est plus active qu’en 2018", constate Christopher Tufton. 
Christopher Tufton, ministre de la santé sur le terrain
Christopher Tufton, ministre de la santé sur le terrain ©jamaicagleaner

Westmoreland est la région la plus touchée


Westmoreland, une région située à l’extrême ouest de la Jamaïque est l’une des zones les plus touchées.
Les habitants qui vivent dans les communes sans eau courante dépendent de l’eau de pluie qui est collectée dans des fûts, pas systématiquement couverts. Du coup, les foyers du moustique Aedes aegypti se multiplient rapidement.
 

Des interventions sous tension


Les équipes de prévention ont parfois peur d’entrer dans certaines communes frappées par la violence. Les salariés des collectivités chargés de faire les contrôles ont déjà été victimes de jets de pierres.

Les problèmes de transport ralentissent également le travail de prévention. À Westmoreland, il n’y a qu’un véhicule pour transporter 42 personnes sur le terrain. 
Avec la mobilisation des travailleurs intermittents pour renforcer l’effectif, les autorités ont loué deux véhicules.  

L’opposition accuse le gouvernement d’avoir réagi trop tardivement à cette épidémie mortelle qui a déjà infecté plus de 800 personnes à la Jamaïque.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live