martinique
info locale

Fiscalité sur le rhum : la sénatrice Catherine Conconne dénonce "la vision uniforme du gouvernement sur les Outre-mer"

Le Sénat
Catherine Conconne
La sénatrice Catherine Conconne lors d'une séance au Sénat. ©Sénat
La sénatrice Catherine Conconne a été la plus offensive hier soir au Sénat, contre l'alignement sur la France, même étalé dans le temps, de la fiscalité des spiritueux, en particulier du rhum de la Martinique.
 
La sénatrice Catherine Conconne se dit atterrée au terme du débat qui s'est tenu hier (mercredi 15 novembre 2018) au Sénat. "Ce débat a révélé, une fois de plus, la méconnaissance totale du gouvernement de nos pays dits d’Outre-mer et il a mis en lumière la brûlante nécessité de sortir de ce concept.

Ce que j’appelle "le vrac Outre-mer", empêche toute appréciation de nos territoires dans leurs spécificités et nous enferme dans un imaginaire de sous-développement"
, s'insurge la sénatrice.
 

Contre une vision uniforme des Outre-mer


"Ainsi, un problème d’alcoolisme à la Réunion, combattu par des parlementaires de la Réunion, a conduit à impacter lourdement la filière canne-sucre-rhum dans tous les Outre-mer et notamment chez nous, où les chiffres de la dépendance à l’alcool montrent pourtant une réalité très différente.

La bière davantage consommée en Martinique


"Le rhum est loin d’être la boisson alcoolisée la plus consommée en Martinique. C’est la bière qui figure en tête : elle représente 63% de la consommation de boissons alcoolisées et ce taux a augmenté de 8 points ces 10 dernières années ! Nous avons tous en tête les images de nos jeunes ki ka bwè labiè yo tout' jounen-an dans les stations-services ou en bas de leur immeuble. Pour ça, le gouvernement n’a rien prévu !

Viennent ensuite les vins, dont le champagne que nous consommons plus que les français de l’hexagone, qui constituent 21% de la consommation d’alcool et qui bénéficient, eux aussi, d’une fiscalité avantageuse au niveau national sur laquelle le gouvernement n’a pas prévu de revenir. Le rhum, lui, représente 8% de la consommation de boissons alcoolisées des Martiniquais", explique la sénatrice.

 La multiplication brutale par 7 de la fiscalité du rhum me semble totalement inadaptée
Catherine Conconne

Catherine Conconne combat comme d'autres, le fléau de l'alcoolisme mais combat aussi une mesure fiscale qui pourrait être néfaste en Martinique. "La multiplication brutale par 7 de la fiscalité du rhum me semble totalement inadaptée et aura pour conséquence première de déstabiliser l’une de nos rares filières distinctives. L’alcoolisme trouve souvent ses racines dans la misère et le désœuvrement qui meurtrissent nos pays. Mais, pour ça non plus, le gouvernement n’a rien prévu", s'indigne Catherine Conconne. 
 

 
Publicité