Réinventer le carnaval de Martinique en 2021, un défi à relever !

carnaval fort-de-france
Image drone carnaval 2020 mercredi des cendres
Le bord de mer de Fort-de-France lors du Mercredi des cendres du carnaval 2020. ©Haurry Adrasse

L'information est désormais officielle, il n'y aura pas de parades ni de vidés dans les rues de Martinique pour le carnaval 2021. Une décision prise après concertation des acteurs du milieu en raison de la situation sanitaire, toujours instable. Cependant, que proposer pour remplacer cette fête ?

En Martinique, le carnaval, c'est des milliers de festivaliers déchaînés le jour dans les rues des communes de l'île. Puis, un scénario tout aussi festif la nuit, dans les soirées à thèmes. Une grande fête conviviale durant laquelle amusement, défoulement, mais aussi tradition se côtoient. 

Cependant, en raison de la crise sanitaire, les principales villes d’accueil des vidés souhaitent marquer le coup autrement. La ville de Fort-de-France qui compte plus de 200 000 carnavaliers lors des parades des jours gras affirme réfléchir à une alternative aux vidés.

Se contenter d'une parade dans un lieu clos, ça a été évoqué. Faire qu'un stade ou une salle de spectacle accueille une parade carnavalesque. C'est dans cette direction que nous allons et nous y allons pour toute la Martinique.

Annie Chandé, élue de la ville de Fort-de-France, chargée de la culture et du carnaval 

Et les vidés spontanés ?


La mission presque impossible sera d’empêcher les vidés spontanés. En effet, en Martinique, au milieu des parades et des chars, la population assure elle aussi le spectacle. 
Une contrainte supplémentaire alors même que certains groupes à pied ont déjà annoncé qu’ils ne changeraient rien à leurs habitudes.   


Pour Marie-Line Psyché Salpétrier, il n'est pas question de laisser ses costumes traditionnels au placard. À défaut des bains de foule, cette passionnée envisage de mettre l’accent sur l’aspect mémoriel des festivités. 
 

Pourquoi pas des scènes mobiles ? Une présentation qui soit à la fois muséale vivant qui présente nos personnages en mouvement. C'est une façon de faire pour que le carnaval garde son essence ancrée dans l'histoire. 

Marie-Line Psyché Salpétrier, présidente de l’association recherche et tradition 

 

Réinventer le carnaval, le temps de traverser la crise sanitaire, c’est le défi que tous les Martiniquais attachés à cette tradition sont appelés à relever.