France-Antilles : Xavier Niel déposerait son offre de reprise lundi avec l'aide de l'Etat

médias
dernière une du journal France-Antilles (samedi 1er février 2020)
©JCS
Selon le journal Les Echos, la société NJJ, holding personnelle de Xavier Niel, prévoit de reprendre entre 115 et 135 salariés du groupe sur les 235 personnes qui étaient employées par France-Antilles. Une visio-conférence a eu lieu hier (27 février) entre Xavier Niel et les syndicats du quotidien. 
Le feuilleton France-Antilles se poursuit.

Lundi prochain, 2 mars 2020, Xavier Niel va remettre au tribunal de commerce de Fort-de-France son offre de reprise du groupe de presse qui publiait trois quotidiens dans les territoires de Guadeloupe, Martinique et Guyane, avant sa liquidation judiciaire fin janvier 2020.

Selon le journal Les Echos de ce jour (28 février 2020), la société NJJ, holding personnelle de Xavier Niel, prévoit de reprendre entre 115 et 135 salariés du groupe sur les 235 personnes qui étaient employées par France-Antilles.

En tout, NJJ estime à près de 10 millions d'euros, le budget nécessaire pour relancer le groupe. L'Etat devrait également participer.
 

Les syndicats attendent le plan de reprise détaillé 


Certains aspects de l'offre de reprise restent à affiner mais les grands contours de celle-ci ont été présentés aux syndicats (Martinique, de Guadeloupe et de Guyane) de France-Antilles au cours d'une visio-conférence avec Xavier Niel jeudi 27 février.

Il en ressort que le quotidien papier serait à nouveau publié en Martinique et en Guadeloupe. L'imprimerie et le montage maquettiste pré-presse seraient transférés en Guadeloupe. Cela concernerait l'emploi de 20 salariés en Martinique. 

L'objectif pour l'éventuel repreneur sera bien évidemment de faire monter en puissance les informations sur le numérique.

Un plan de départ volontaire serait déclenché mais sans être abondé financièrement. Ce qui laisse les salariés dubitatifs.

Ils auront entre les mains le plan de reprise de la société NJJ, holding personnelle de Xavier Niel le lundi 2 mars 2020. Celui-ci sera ensuite communiqué à tout le personnel. 

Selon une source qui souhaite rester anonyme, cette succession d'évènements, liquidation judiciaire à effet immédiat le 30 janvier 2020 puis reprise de l'activité en vue d'un repreneur le 18 février 2020, fragilise les salariés qui ont déjà tourné la page ou sont en train de le faire. 

Certains auraient déjà remis les clefs de leur appartement, d'autres seraient repartis vers la France ou encore passeraient des entretiens d'embauche...
 



 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live