publicité

La France n’est pas un pays tropical

Le chef de l’État est venu sur place constater l’ampleur des dégâts, écouter la population et assurer les habitants de Saint-Martin et de Saint-Barthélémy qu’ils bénéficieront de la solidarité du pays tout entier. Et de quoi sera fait demain ? La question est sur toutes les lèvres.

Emmanuel Macron à la rencontre des rescapés de l'ouragan Irma à Saint-Martin. © Christophe Ena / AP / AFP
© Christophe Ena / AP / AFP Emmanuel Macron à la rencontre des rescapés de l'ouragan Irma à Saint-Martin.
  • Par Jean-Marc Party
  • Publié le
La France n’est pas un pays tropical. Sinon, ça se saurait. Ce qui explique le manque d’anticipation et les cafouillages postérieurs au passage de l’ouragan dévastateur. La France n’est pas un pays tropical. Sinon, le président de tous les Français aurait su que notre archipel a connu des ouragans destructeurs, même avant les premiers relevés de 1931. La France n’est pas un pays tropical, pas plus que la Hollande ou la Grande-Bretagne.

Sinon, leurs gouvernements n’auraient pas agi de la même façon que leur homologue français. Le Premier ministre hollandais essuie une salve de critiques à Amsterdam et sur place, à Sint-Marteen, Saba, Saint-Eustache. Même traitement pour son homologue britannique pour ce qui concerne Anguilla, les Îles Vierges, les Îles Turks-and-Caïcos.

La France n’est pas un pays tropical. Sinon les gouvernements successifs auraient pris conscience de l’inconscience de certains promoteurs immobiliers qui ont abusé du dispositif de défiscalisation des investissements. Le tout-tourisme comme modèle de développement a entraîné le non-respect des normes de sécurité des constructions et de protection de la population.

Maisons sur la zone protégée des 50 pas géométriques, toitures non protégés par une dalle en béton, abandon du bois qui résiste aux tempêtes, constructions anarchiques sans plan d’urbanisme - celui élaboré par la Collectivité territoriale ayant été jugé trop contraignant. Les négligences des Saint-Martinois expliquent partiellement leur malheur. D’ailleurs, sommes-nous exonérés, ici, de ce genre de dérives ?

D’où l’appel lancé par le président de la Collectivité territoriale de Saint-Martin, Daniel Gibbs, pour une reconstruction faisant table rase du passé récent. Il souhaite mettre en avant des solutions écolo-compatibles en tenant compte des nouvelles contraintes climatiques. A quelque chose malheur est bon, dit-on. Mais à ce point, il est permis de se poser des questions sur notre intelligence collective. A Saint-Martin comme ailleurs.

Sur le même thème

  • éditorial

    Comment peut-on encore vendre des êtres humains?

    Des esclaves en 2017 en Libye : l’indignation se propage en Afrique et dans la Caraïbe depuis la diffusion, la semaine dernière, d’un reportage de la chaîne américaine CNN sur un marché aux esclaves près de la capitale, Tripoli. Entre surprise et ignorance, que faut-il en dire ?

  • éditorial

    L’apocalypse climatique planétaire est pour demain

    La Conférence mondiale sur le climat s’est achevée ce samedi 18 novembre à Bonn (Allemagne). Triste constat : les déclarations enflammées et les discours intelligents ne déclenchent pas encore le nécessaire changement de nos comportements pour contenir le réchauffement du climat.

  • éditorial

    L’usine sucrière du Galion est-elle menacée de disparition ?

    L’Assemblée de Martinique a opté pour une solution technique provisoire, la réparation de la chaudière abîmée de l’usine sucrière du Galion. Une décision laissant en suspens l’avenir de cette unité industrielle, pièce importante de notre patrimoine économique.

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play