publicité

La France a des trous de mémoire

La commémoration de la vague de répression d’une manifestation en faveur de l’indépendance de l’Algérie, en 1961, à Paris est passée sous silence. Un oubli dans le droit fil de l’amnésie collective concernant d’autres faits historiques.

© DR
© DR
  • Par Jean-Marc Party
  • Publié le
La France a des trous de mémoire. Le constat est dressé pour les événements historiques les plus douloureux. Manquement, évitement, offuscation : l’amnésie est de mise dès qu’il s’agit d’évoquer la commémoration de tel fait ou de rappeler l’existence de tel autre.

Deux exemples récents l’attestent. Tout d’abord, l’absence de commémoration de la répression de la manifestation pacifique des Algériens à Paris, le 17 octobre 1961. L’actuel président, comme son prédécesseur, avait promis de décider des "actes forts". C’était lors de sa campagne. Mais voilà, il n’en a rien été.
Pourtant, l’ex-candidat avait étonné par sa prise de position courageuse lors d’un voyage en Algérie au cours duquel il avait admis que la colonisation avait été un crime contre l’humanité. La déception est grande chez les militants attendant la prise en compte par l’Etat de l’injustice commise voici 56 ans. L’historien Jean-Luc Einaudi a estimé à 400 le nombre de victimes de cette vague de répression. Un autre historien, Benjamin Stora, pense que l’absence de consensus au sein de la classe politique à propos de la guerre d’Algérie explique que le problème n’est pas réglé depuis un demi-siècle.

Un autre exemple de la surdité française à son passé peu glorieux : l’impossibilité d’ouvrir dans la capitale un musée de l’esclavage. Au point que le président du CRAN, le Conseil représentatif des associations noires, propose de l’installer sur une péniche navigant sur la Seine. Mi-sérieux, mi-agacé, Louis-Georges Tin avance cette idée puisqu’il est invariablement répondu qu’il n’existe pas de terrain disponible pour accueillir un tel lieu en plein Paris.

Faudra-t-il quémander encore longtemps pour rappeler les autorités à la simple décence intellectuelle et au courage politique ? Décidément, la France a des trous de mémoire à sa mémoire.

Sur le même thème

  • éditorial

    Comment peut-on encore vendre des êtres humains?

    Des esclaves en 2017 en Libye : l’indignation se propage en Afrique et dans la Caraïbe depuis la diffusion, la semaine dernière, d’un reportage de la chaîne américaine CNN sur un marché aux esclaves près de la capitale, Tripoli. Entre surprise et ignorance, que faut-il en dire ?

  • éditorial

    L’apocalypse climatique planétaire est pour demain

    La Conférence mondiale sur le climat s’est achevée ce samedi 18 novembre à Bonn (Allemagne). Triste constat : les déclarations enflammées et les discours intelligents ne déclenchent pas encore le nécessaire changement de nos comportements pour contenir le réchauffement du climat.

  • éditorial

    L’usine sucrière du Galion est-elle menacée de disparition ?

    L’Assemblée de Martinique a opté pour une solution technique provisoire, la réparation de la chaudière abîmée de l’usine sucrière du Galion. Une décision laissant en suspens l’avenir de cette unité industrielle, pièce importante de notre patrimoine économique.

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play