Frantz Fanon, un engagement révolutionnaire d’une brûlante actualité

histoire
Frantz Fanon
Frantz Fanon né le 20 juillet 1925 à Fort-de-France, est mort, sous le nom d'Ibrahim Frantz Fanon, le 6 décembre 1961 à Bethesda dans un hôpital militaire de la banlieue de Washington aux États-Unis ©Martinique 1ère
Le 6 décembre dernier marquait l’anniversaire de la disparition de Frantz Fanon, en 1961. Né en Martinique, médecin psychiatre, militant révolutionnaire, son héritage intellectuel demeure vivace et actuel.
Frantz Fanon a été un humaniste ayant travaillé sans se décourager à la valorisation de la conscience noire. Il a su éviter le piège facile de l’essentialisme, de l’identité unique et figée. Sa pensée complexe reflète la réalité complexe de ce que l’on appelle par un raccourci le monde noir ou pour être moins politiquement correct, le monde nègre. Son enseignement est à rebours de l’afro-centrisme réducteur en vogue.

Fanon a été aussi un révolutionnaire ayant légitimité la violence du colonisé en tant que réponse à la violence du colonisateur. Il nous apprend que la libération des opprimés et des peuples colonisés n’est pas "le résultat d’une opération magique, d’une secousse naturelle ou d’une entente à l’amiable". L’émancipation suppose la prise de conscience de la nécessité de la révolte. Une révolte permettant de construire une identité conquise dans la liberté.

Militant autant que théoricien, il a sublimé son expérience de victime du racisme en mêlant ses réflexions aux observations cliniques du médecin psychiatre qu’il fut. Son ouvrage majeur, "Peau noire, masques blancs", qui a eu l’effet d’une bombe à sa publication, en 1952, demeure une référence pour qui veut comprendre les ressorts psychologiques de l’aliénation de l’homme noir.

Rédigé dans un style alerte par un écrivain inspiré soucieux autant du style que de la rigueur de la démonstration, cet essai a permis de modifier en profondeur la psychiatrie. Avec Fanon, cette discipline a montré ses limites pour soigner les maladies mentales chez les colonisés. "Peau noire, masques blancs" demeure d’une brûlante acuité.

Avec Aimé Césaire et Edouard Glissant, Frantz Fanon a été l’un des penseurs natifs de Martinique à avoir porté au-delà des mers la complexité de ce pays tourmenté. Ils  ont tous les trois œuvré à son émancipation de l’esclavage mental. Leur héritage est-il vraiment assuré ?
Lire ou découvrir Fanon
Les livres de Frantz Fanon
Peau noire, masques blancs, Le Seuil, 1952
L'An V de la révolution algérienne, Maspéro, 1959
Les Damnés de la Terre, Maspéro 1961
Pour la révolution africaine. Écrits politiques, Maspéro, 1964 (à titre posthume)

A lire sur la vie et l'oeuvre de Frantz Fanon
• Raphaël Confiant, L’insurrection de l’âme. Frantz Fanon, vie et mot du guerrier-silex, Caraïbéditions, 2017
• Daniel Boukman, Frantz Fanon. Traces d'une vie exemplaire, L'Harmattan, 2016
• Mireille Fanon-Mendès-France, Frantz Fanon. Recueil de textes, Editions du CETIM (Genève), 2013
• André Lucrèce, Frantz Fanon et les Antilles. L’empreinte d'une pensée, Le Teneur, 2011
• David Macey, Frantz Fanon, une vie, La Découverte, 2011
• Pierre Bouvier, Aimé Césaire et Frantz Fanon. Portraits de (dé)colonisés, Les Belles Lettres, 2010
• Christiane Chaulet-Achour, Frantz Fanon, l'importun, Editions du Chèvrefeuille étoilée, 2004
• Joby Fanon, De la Martinique à l'Algérie et à l'Afrique, L'Harmattan, 2004
• Alice Cherki, Frantz Fanon. Portrait, Le Seuil, 2000

Les Outre-mer en continu
Accéder au live