La gendarmerie de Martinique s'affirme sur les réseaux sociaux

sécurité
capture FB gendarmerie
La page Facebook de la gendarmerie de Martinique. ©FB
C'est une véritable opération séduction que lance la gendarmerie de Martinique. L'institution organise sur sa page Facebook, un jeu avec des cadeaux à gagner en lien avec les activités de l'institution.
Si habituellement la gendarmerie de Martinique fait parler d'elle pour des contrôles routiers ou des opérations de répression, elle souhaite désormais changer cette image. Ainsi en octobre 2015, elle a fait son entrée sur le réseau social Facebook et compte plus de 19 000 fans.


"Notre Facebook est aussi un outil de renseignement et de communication. On parle des faits qui se sont produits, de nos actions diverses. Grâce à la population qui nous suit notamment lors d'avis de recherches, ils nous permettent d'avancer sur certaines enquêtes ou personnes disparues", assure la lieutenante Virginie Vauclin, animatrice de la page Facebook de la gendarmerie de Martinique



Une communauté que l'institution souhaite voir grandir




Si quelques fois, des photos humoristiques ont été publiées pour détendre l'atmosphère, l'institution franchit un pas de plus qui peut surprendre. En effet, du 15 au 31 mars 2018, la gendarmerie organise sur sa page Facebook, un jeu sous la forme d'un quizz.
Il s'agira de "questions assez simples sur la gendarmerie de Martinique et la gendarmerie nationale", précise Virginie Vauclin. "C'est toujours intéressant de donner une autre image de la gendarmerie autre que la répression", rassure la lieutenante. 



Plusieurs lots pour 80 gagnants




"Les gagnants pourront visiter des lieux qui d'ordinaire sont interdits au grand public et aller à la rencontre de militaires d'unités spécialisées" annonce la page. Ainsi parmi les lots, une rencontre avec les militaires de l’antenne GIGN, une initiation au tir, une visite de la brigade nautique du Marin ou encore une découverte de l’hélicoptère de la gendarmerie, mais pas de survol "pour des raisons de sécurité".


"Quand on ne connaît pas, c'est toujours impressionnant de monter dans l'hélicoptère, parler avec l'équipe de la section aérienne sur le fonctionnement, prendre des photos, on le voit toujours de loin sans jamais s'en approcher d'aussi près", insiste la lieutenante Virginie Vauclin.

Il semblerait que la gendarmerie souhaite en finir avec son image austère de militaire très strict.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live