Les gestes qui comptent à l'examen du permis de conduire

automobile
Permis
L'ancien et le nouveau permis de conduire. ©Martinique1ere
L’examen du permis de conduire a changé, évolué. En effet, depuis le 1er janvier 2018, les candidats sont soumis à une nouvelle épreuve orale sur les gestes qui sauvent.
Le permis de conduire, une étape importante, un passeport de la liberté pour les jeunes qui atteignent la majorité. Apparu en 1922, il permet à celui qui l'obtient de pouvoir conduire une voiture. 

Au fil des années, le "petit papier rose" a évolué


En 1992, il s’est transformé en permis à points. Puis changement d'apparence du carton rose à la carte à puce électronique en 2013, pour se conformer à la réglementation européenne. Dernière nouveauté en date, l’introduction de notions de premiers secours. 

En effet, depuis le 1er janvier 2018 lors de l’épreuve pratique, l’examinateur va profiter de la vérification du véhicule à l’arrêt pour poser une question supplémentaire. Cette question va porter sur les gestes qui sauvent, et elle donnera lieu à un point de bonus.
Les candidats n’auront pas de manipulation à faire sur un mannequin, il s'agit juste une interrogation théorique.

Deux grands thèmes seront abordés


Tout d'abord l’attitude à adopter face à un accident, avec des questions comme, quel numéro d’urgence composer ? Quelles informations à donner aux secours ? Comment avertir les autres conducteurs de la survenue d’un accident, comment utiliser le gilet jaune et le triangle ?

Le deuxième point, porte sur l’évaluation de l’état de santé face à un blessé, avec des interrogations sur que faire en cas d’hémorragie, d’un arrêt cardiaque ? Quand faut-il dégager une victime ?

Des questions qui peuvent sembler simples pour certaines personnes, mais plus compliquées pour d’autres. Avec l'introduction de ces interrogations, la sécurité routière espère sauver 250 à 300 vies par an, sur le plan national. 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live