L'héritage du SICSM semble bien encombrant pour les élus !

communautés d'agglomération
SICSM
Le siège du SICSM (Syndicat Intercommunal du Centre et du sud de la Martinique) ©Sicsm
Le SICSM (Syndicat Intercommunal du Centre et du Sud de la Martinique) n’existe plus depuis le 1er janvier 2017. Le SICSM a été repris en partie par Cap Nord, et par l’Espace Sud. Les communautés d'agglomérations estiment qu’elles ont hérité d'un dossier bien encombrant.


Le SICSM*, ancien acteur majeur de l’eau et de l’assainissement a été repris par Cap Nord, pour ce qui concerne deux communes (Trinité et Robert), et par l’Espace Sud, pour les autres communes (Anses-d'Arlet, Diamant, Ducos, François, Marin, Robert, Rivière-Pilote, Rivière-Salée, Saint-Esprit, Sainte-Anne, Sainte-Luce, Trinité,  Trois-Ilets et Vauclin).

Un lourd passif

Le SICSM a laissé bien des dossiers économiques non réglés. Des entreprises ont déposé le bilan, faute de n'avoir pas perçu le versement de factures évaluées à plus de 21 millions d’euros. Des chantiers de distribution ou d'assainissement d'eau ont été arrêtés.

Le 7 avril dernier, les élus de Cap Nord évoquent publiquement, dans une motion, une situation alarmante. Une dette des fournisseurs de plus de 21 millions d’euros, un déficit cumulé de 14 millions et plus de 25 millions de dettes auprès d’établissement de crédit, pour le Syndicat Intercommunal.

La loi prévoit que Cap Nord gère 29% des actifs et passifs du SICSM. Le reste est à la charge de l’Espace Sud. Cette situation financière crée par la disparition du SICSM inquiète aussi les élus du sud de l’île. Lundi dernier (10 avril), ils ont refusé de voter le compte administratif du syndicat, jugé insincère, c'est-à-dire reposant sur des bases peu compréhensibles.

Les élus doivent rendre des comptes à leurs administrés

La Chambre Régionale des Comptes (CR), avait alerté et fait état d’une dégradation des finances de la structure, à partir de 2015. La CR a noté que les frais de missions des cadres ont connu une nette augmentation et sont peu justifiés. La Chambre parle aussi d’indemnités illégales perçues par certains élus...

Sous le couvert de l'anonymat, des élus du sud évoquent de coûteux travaux d’extension qui ne sont pas justifiés. Ils évoquent aussi des accords avec la Cacem, qui ne reposent sur aucun contrat. Élus du nord et du sud se réuniront bientôt pour préparer une forme de comminication avec leurs administrés et notifier au préfet qu’il leur sera bien difficile de prendre à leur charge "les errements financiers" de cet organisme. Le SICSM s'est endetté pour 35 ans, alors que la limite, c'est 15 ans.*Le SICSM (Syndicat Intercommunal du Centre et du sud de la Martinique) a assuré la gestion du service public d'eau potable et d'assainissement collectif et non collectif pour les 14 communes des Anses-d'Arlet, Diamant, Ducos, François, Marin, Robert, Rivière-Pilote, Rivière-Salée, Saint-Esprit, Sainte-Anne, Sainte-Luce, Trinité,  Trois-Ilets et Vauclin.

Depuis le 1er janvier 2017, la compétence eau et assainissement des différentes communes a été transférée à leur Communauté d'Agglomération respective, (Espace Sud et Cap Nord), entraînant la dissolution du syndicat.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live