Hommage mérité à Jean Bernabé, éveilleur de consciences

culture créole
JEAN BERNABE
©Martinique1ere
Un colloque international s’ouvre aujourd’hui en hommage à Jean Bernabé, pionnier des recherches sur la langue créole. L’occasion de s’interroger sur son héritage intellectuel.
Que faut-il retenir de la vie et de l’œuvre du Professeur Jean Bernabé ? Sa contribution majeure aux études sur la grammaire créole ? Il a inventé en 1975 un système d’orthographe adopté dans la plupart des pays créolophones. Agrégeant autour de lui une modeste équipe de chercheurs, le GEREC, devenu au fil du temps une multinationale disséminée là où la langue créole est valorisée, il est une référence universitaire de premier plan.
 
Ses romans ? Le scientifique à la rigueur parfois rugueuse savait laisser son imagination aller sur des chemins insoupçonnés. Il laisse quatre histoires formidables dignes d’intérêt. Ses essais ? Un de ses confrères le dépeint comme "un très grand penseur martiniquais". Un autre comme "un intellectuel ouvert sur la société civile".
 
En vrai, son dernier essai, La dérive identitariste, explique que l’identité est un attribut attaché à une personne, et non à un peuple. L’identité collective n’existe pas, selon lui. Ce qui n’interdit pas la spécificité des peuples, ni leur évolution. Une idée subversive à creuser, en cette époque de repli sur soi et de fermeture des frontières.
 
Faut-il retenir, enfin, son militantisme désintéressé en faveur de la cause créole ? Arborant en permanence le sourire de celui qui ne cesse d’apprendre tout en transmettant ce qu’il a lui-même appris, il a vécu l’adage bien connu selon lequel nul n’est prophète en son pays.
 
Qu’à cela ne tienne ! Son œuvre de passeur demeure parce qu’il a su rendre un hommage aux peuples créolophones en traduisant leur vitalité. Sa motivation première résidait dans sa méticulosité à rendre intelligible une langue et une culture. Cet éveilleur de conscience nous a permis de comprendre que le monde créole constitue une civilisation. Eyia pou Bernabé ! 
Les livres écrits par Jean Bernabé
Essais

Fondas kréyòl-la. Grammaire créole, L’Harmattan, 1983
Fondal-natal. Grammaire basilectale approchée des créoles guadeloupéen et martiniquais, L’Harmattan, 1983
Eloge de la créolité, en collaboration avec Patrick Chamoiseau et Raphaël Confiant, Gallimard, 1989
La fable créole, Ibis Rouge, 2001
La graphie créole, Ibis Rouge, 2001
Précis de syntaxe créole, Ibis Rouge et Presses universitaires créoles, 2003
Obidjoul. Approche écologique et cognitive au service du mieux lire-écrire le créole, Le Teneur, 2013
Prolégomènes à une charte des créoles, K Editions, 2013
Approche cognitive du créole martiniquais, Ramboulzay I (Révolution I), L’Harmattan, 2015
La France, pays de race blanche. Réponse à Madame Nadine Morano, L’Harmattan, 2015
La dérive identitariste, L’Harmattan, 2016

Oeuvres de fiction

Matinoia, oratorio dramatique en créole, revue Europe n°612, 1980
Le Bailleur d’étincelle, roman, Ecriture, 2002
Partage des ancêtres, roman, Ecriture, 2004
La Malgeste des mornes, roman, Ecriture, 2006
Litanie pour le Nègre fondamental, roman, Mémoire d’encrier, 2008
Chimenn, nouvelle en créole dans Drive. L’errance ensorcelée, textes réunis par Gerry L’Etang, HC Editions, 2009