martinique
info locale

Un homme condamné à 4 ans de prison pour avoir percuté un gendarme

justice
Contrôle de gendarmerie
Contrôle de gendarmerie dans la nuit de la Saint Sylvestre (31 décembre 2019 au 1er janvier 2020). ©Gendarmerie
Le tribunal de grande instance de Fort-de-France condamne à 4 ans de prison, le conducteur d'un véhicule qui avait percuté un gendarme, le 1er janvier 2020. Le prévenu était alcoolisé, sans permis de conduire et sans assurance...
L'homme de 34 ans qui avait percuté un gendarme le 1er janvier 2020, a été condamné vendredi après-midi (3 janvier 2020), à 4 ans de prison ferme avec mandat de dépôt par le tribunal correctionnel de Fort-de-France en comparution immédiate.

Il lui est également interdit de détenir une arme pendant 5 ans, de solliciter un permis de conduire pendant 2 ans, la confiscation de son véhicule, il est aussi condamné à payer 400 euros d’amende. Cet homme est "déjà défavorablement connu de la justice, notamment pour des faits de violences sur personne dépositaire de l’autorité publique", soulignent les autorités judiciaires.

Dans la nuit de la Saint-Sylvestre (31 décembre 2019 au 1er janvier 2020), dans le cadre de la lutte contre l’insécurité routière et aux conduites addictives, plusieurs opérations de contrôle ont été menées. "Le 1er janvier 2020, peu avant 07 heures, un automobiliste refusait d'obtempérer aux injonctions de s'arrêter et forçait délibérément un barrage mis en place sur la route nationale 2 à Schoelcher", constatent les gendarmes.
 

Sous l'effet de l'alcool...sans permis, ni assurance


Malgré les sommations d’usage, l’automobiliste refusait le contrôle, manœuvrait pour éviter une herse déployée sur la chaussée pour le stopper, et percutait de plein fouet un gendarme avant de poursuivre sa route et s’enfuir. Dans le choc, le militaire éjecté après avoir heurté violemment le pare-brise présentait de multiples
blessures lui occasionnant une incapacité totale de travail de 15 jours",
indique le communiqué du parquet de Fort-de-France.

A l'aide d'un dispositif de recherches, les gendarmes localisaient le véhicule impliqué, avant d’interpeller le chauffard à son domicile moins de deux heures plus tard. Il était alcoolisé et conduisait sans permis de conduire ni assurance.