"Il faut utiliser la chloroquine", plaide Jean-Luc Fanon, l'une des figures de la santé en Martinique

coronavirus
Docteur Jean-Luc Fanon
Docteur Jean-Luc Fanon, président de l’Association Sauvons la Santé en Martinique. ©JL Fanon (FB)
Le chef du pôle de gériatre du Centre hospitalier universitaire de Martinique est favorable à l’utilisation de tous les médicaments susceptibles de traiter les malades les plus sévèrement touchés par le Covid-19, avec prudence et détermination.
 
Le Dr. Jean-Luc Fanon est un médecin spécialiste des maladies des personnes âgées. Il est également président de l’Association Sauvons la Santé en Martinique, composée de professionnels du secteur. Leurs actions menées depuis deux ans visent à alerter la population sur les carences en ressources humaines et financières de l’hôpital public.

C’est à ce double titre de médecin et de citoyen engagé qu’il participe au débat public sur la gestion de la crise sanitaire qui nous affecte, ici comme dans le monde entier.

La pandémie au Covid-19 touche tous les continents. Plus de deux milliards et demi d’habitants de 170 pays et territoires sont concernés par le confinement.

Le Dr. Fanon présente son analyse de la situation de l’épidémie en Martinique en des termes graves.Alors que certains responsables politiques demandent aux autorités d’appeler en renfort des médecins étrangers, le Dr. Fanon estime que nous aurons besoin d’aides extérieures. Et pourquoi pas les médecins cubains ?L’épidémie ne cesse d’augmenter, en Martinique comme dans le monde. Des possibilités de guérison existent pour les patients les plus sévèrement touchés.

Par exemple, à l’aide de la chloroquine, un médicament utilisé depuis 1949 contre le paludisme. Des résultats positifs ont été enregistrés dans le service du Professeur Didier Raoult, à Marseille.

Le Dr. Fanon pense qu’il faut utiliser ce médicament, tout en restant prudent et déterminé à la fois.Le Dr. Fanon insiste aussi sur la nécessité de rester confiné. Il rappelle que chaque personne contaminée transmet le Covid-19 à au moins deux autres personnes.