"Il y a une vraie crise au sein de la République" écrit le député Letchimy au Président Macron

président de la république
Serge Letchimy
Le député Serge Letchimy à l'Assemblée Nationale à Paris ©Mehdi Fedouach/AFP
Fin de manifestation violente samedi 28 novembre 2020 à Paris précédée par des interventions policières jugées "indignes" de la République. Le député Martiniquais Serge Letchimy invite le Président de la République à aider "à retrouver la confiance nécessaire".
Comme tout observateur de la vie publique française, le député Martiniquais qualifie la semaine qui vient de s'écouler de "semaine très dure", écrit-il au Président de la République, Emmanuel Macron.
 

Entre les tentes détruites manu-militari, l’agression inacceptable et d’une rare violence d’un jeune producteur Michel Zecler, et les incroyables agissements indignes de part et d’autres entre policiers et manifestants hier ( samedi 28 novembre 2020) en France , il y a une vraie crise au sein de la République.

Serge Letchimy, député de la République

Malaise sociétal ?


La diffusion des vidéos du passage à tabac du Martiniquais Michel Zecler par des policiers dans le 17e arrondissement de Paris, témoigne d'un malaise dans la société française. "Ce malaise oblige à repenser urgemment une autre société avec d’autres paradigmes. Notamment de reconnaître le racisme structurel dont souffre la France et combattre ce racisme sur tous les fronts , de réformer l’IGPN ((Inspection générale de la Police nationale, Ndlr)  - qui est à la fois juge et partie- pour plus d’indépendance", estime Serge Letchimy.
 

Une autorité , qu’elle soit policière ou pas , ne se décrète pas , ne s’impose pas en démocratie . Elle doit faire unanimité . Elle doit faire consensus pour créer une adhésion populaire et retrouver la confiance nécessaire à une société apaisée. C’est de cette société dont nous avons besoin et en laquelle nous croyons.

Serge Letchimy


https://www.francetvinfo.fr/faits-divers/producteur-passe-a-tabac-par-des-policiers/direct-producteur-tabasse-par-des-policiers-les-quatre-agents-en-garde-a-vue-ont-ete-deferes-devant-la-justice_4200259.html