publicité

L’inaction de Nicolas Hulot a déçu en Martinique 

Le désormais ancien ministre de la Transition écologique et du développement solidaire laisse ouverts des chantiers ultra-sensibles. Vu de Martinique, son bilan peut-il être considéré comme positif ?
 

Conférence de presse d'Annick Girardin et Nicolas Hulot sur le plan sargasses à la résidence préfectorale en Martinique. © PPF
© PPF Conférence de presse d'Annick Girardin et Nicolas Hulot sur le plan sargasses à la résidence préfectorale en Martinique.
  • Par Jean-Marc Party
  • Publié le
L’invasion des sargasses, les conséquences de l’exposition au chlordécone, la production controversée d’énergie électrique, l’utilisation des pesticides, la protection contre les cyclones : autant de sujets sur lesquels Nicolas Hulot était attendu. Et a déçu.
 

Des questions sans réponses


Il a tardé à venir constater la catastrophe naturelle provoquée par les algues brunes. Il n’a rien dit sur l’usine d’Albioma soupçonnée par certains de rejeter dans l’air des particules toxiques. Il a esquivé les questions sur l’indemnisation des victimes du chlordécone.

Sa bonne volonté n’a pas suffi à nous convaincre qu’il prenait au sérieux ces problématiques. Son remplaçant aura-t-il les coudées plus franches ? Il est permis d’en douter. Pour Nicolas Hulot, le gouvernement n’a pas fait de l'écologie une priorité.
À sa nomination, certains lui avaient reproché d’être la caution d’une équipe dont la doctrine, le libéralisme décomplexé, s’accommode mal de la protection de l’environnement et la santé des populations, ici ou ailleurs.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play