Incident à la distillerie JM : deux des quatre manifestants placés en détention provisoire

justice
Militants devant le palais de justice
Personnes en soutien devant le Palais de justice de Fort-de-France. ©Christine Cupit

Sur les quatre manifestants déférés ce jeudi (4 mars 2021), deux ont été mis sous contrôle judiciaire et les deux autres placés en détention provisoire. L'affaire est renvoyée au 24 mars 2021. 

Dès le début des débats, Maîtres Dominique Monotuka, Alex Ursulet et Dorval Lodéon, les trois avocats des manifestants, envisagent un renvoi de l'affaire afin de mieux préparer la défense de leurs clients. 

Ils étaient en garde à vue hier et déférés devant le procureur jusqu'à ce matin, dans le cadre de la comparution immédiate. Il leur faut un temps pour préparer leur défense. Donc ils ont demandé un délai pour préparer leur défense.

 

Et c'est là qu'a eu lieu le débat sur est-ce que l'on les met en liberté, sous contrôle judiciaire ou pas, ou est-ce qu'on les incarcère provisoirement ? 

Dominique Monotuka, avocat des manifestants 

Selon l'avocat, le procureur avait demandé que trois soient placés en détention provisoire et un sous contrôle judiciaire. Et finalement le tribunal a retenu la détention pour deux d'entre eux, et les deux autres sont placés sous contrôle judiciaire. 

Les quatre hommes sont poursuivis pour différents faits en rapport avec les incidents qui se sont déroulés le 12 février 2021 à la distillerie JM à Macouba. 

Les deux faits principaux sont la destruction des bouteilles et puis l'extorsion de signature. C'est le fait d'avoir insisté, auprès de ceux qui sont responsables de cette entreprise, qu'ils signent un engagement de ne plus faire l'apologie du crime. 

Et puis également violence sur personne dépositaire de l'autorité publique, les gendarmes en fait.


L’affaire est renvoyée au 24 mars 2021.  

Les Outre-mer en continu
Accéder au live