La Jamaïque fait appel aux capitaux privés pour moderniser ses infrastuctures

économie
Banque Jamaïque
Établissement bancaire à Kingston, capitale de la Jamaïque ©Anatoly Terentiev, Wikimédia commons
Le gouvernement jamaïquain affirme qu'il utilisera davantage les partenariats public-privé (PPP) au cours des trois prochaines années, car il compte développer les infrastructures du pays. Cette déclaration lors de la Conférence régionale sur l'infrastructure, mardi 7 mars à New Kingston.
Cette déclaration a été faite par le Dr Horace Chang, ministre sans portefeuille, lors de la Conférence régionale sur l'infrastructure qui se termine aujourd’hui (mardi 7 mars) à l'hôtel The Jamaica Pegasus à New Kingston à la Jamaïque. Cet événement de deux jours est axé sur le partenariat public-privé (PPP) sous le thème "Promouvoir la croissance économique par le partenariat: la participation du secteur privé au développement des infrastructures".
Le partenariat public-privé (PPP) est un mode de financement par lequel une autorité publique fait appel à des prestataires privés pour financer et gérer un équipement assurant ou contribuant au service public.

Vecteur de grands projets

Pour le Dr Horace Chang, la banque de développement de la Jamaïque (DBJ) travaillera avec les organismes gouvernementaux à développer un certain nombre de projets PPP afin de générer des investissements du secteur privé.
Les PPP ont été utilisés pour plusieurs grands projets, notamment la modernisation de l'aéroport international de Sangster, le développement des tronçons est-ouest et nord-sud de l'autoroute 2000 ainsi que le projet d'agrandissement du terminal de conteneurs Kingston.
L’accord récemment intervenu pourrait être utilisé pour développer et améliorer plusieurs grands biens d'infrastructure, comme l'aéroport international Norman Manley, le projet solaire scolaire et le projet d'approvisionnement en eau  de certaines communes.
"Il existe de nombreux avantages économiques pour un PPP bien structuré. Il s'agit notamment de la création d'emplois, de la facilitation du capital investissement privé, d'une meilleure gestion des actifs et de l'injection de nouvelles technologies pour fournir une infrastructure publique de qualité ", a déclaré le DR Chang.

La Jamaïque, chef de file

Le Haut commissaire du Canada à la Jamaïque, Sylvain Fabi, a déclaré à la conférence que le modèle canadien de PPP est considéré comme l'un des plus réussis dans le monde.
De son côté Denise Arana, directrice générale du PPP et de la privatisation, a déclaré à la presse locale que la Jamaïque était un chef de file dans la Caraïbe en matière de partenariats public-privé. Elle a souligné que le programme PPP a été impulsé par une politique mise en place en 2012.

Cadre juridique

La politique de PPP de la Jamaïque énonce les principes qui devraient guider la prise de décision par les ministères et les agences qui envisagent d'utiliser les PPP pour améliorer l'infrastructure et la prestation des services publics.
Denise Arana a indiqué que grâce à l'aide de la Fondation pour la compétitivité et la croissance financée par la Banque mondiale, la DBJ a entrepris plusieurs sessions de renforcement des capacités avec les MDA pour «comprendre les PPP et comment ils peuvent utiliser ces arrangements pour développer leurs projets».

Elle a noté qu'avec le soutien financier, le gouvernement est en mesure d'embaucher des avocats, des conseillers financiers et techniques et de compléter les études nécessaires pour entreprendre des projets.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live