"Je ne veux pas que la ville de Fort-de-France soit le théâtre d’affrontements et de dégradations de biens publics ou privés" (Didier Laguerre)

violence
Manifestants aux portes de la mairie de Fort-de-France
Des activistes Rouge-Vert-Noir qui veulent pénétrer dans l'enceinte de la mairie de Fort-de-France, retenus par d'autres. ©RS
2e journée de tensions à Fort-de-France vendredi 17 juillet 2020 jusqu'en début de soirée, entre les activistes Rouge-Vert-Noir et les forces de l'ordre. Après de nouvelles interpellations, le maire la ville a lancé un appel "à l’apaisement".
Dans un communiqué publié dans la soirée du 17 au 18 juillet 2020, Didier Laguerre s’adresse à la fois aux forces de l’ordre et aux activistes Rouge-Vert-Noir, après les affrontements de la veille devant le commissariat de la ville et l'intrusion de plusieurs manifestants dans la cour de la mairie.
 

Je déplore les comportements qui ne font qu’exacerber les tensions, et ne permettent pas de dépasser les antagonismes. La réponse ne peut en aucun cas être la violence, et ce venant des deux parties, tant des forces de l’ordre que des manifestants.

Laguerre Didier
Didier Laguerre, maire de Fort-de-France ©Capture Facebook Didier Laguerre
Dans son communiqué, le maire de Fort-de-France livre son point de vue sur la "méthode" des RVN (Rouge-Vert-Noir) qui ont fait un seeting devant le commissariat rue Victor Sévère jeudi 16 juillet 2020, avant que la situation ne dégénère. Il y a des blessés de part et d'autre d'après des témoignages et des vidéos en circulation sur les réseaux sociaux.
 

Aucune réponse aux problématiques auxquelles nous martiniquais.e.s sommes confrontés aujourd’hui, ne peut naître d’actes de violence.


Précisément, la problématique de l’empoisonnement des terres agricoles par des pesticides durant des années semblait être l’origine de cette énième mobilisation. 

Parallèlement, trois manifestants étaient entendus à l’intérieur du bâtiment, suspectés de faits de violence, en particulier les 13 janvier et 15 mai 2020. Des enquêtes sont en cours, ce sur quoi Didier Laguerre a été interpellé, mais l'échange n'a pas duré, car le ton serait monté entre RVN et des agents de sécurité du 1er magistrat.
 

Je ne veux pas que la ville de Fort-de-France soit le théâtre d’affrontements et de dégradations de biens publics ou privés. Par ailleurs, je ne saurais accepter que des insultes racistes soient proférées à l’égard du peuple Martiniquais.


Le maire a donc lancé un appel à tous les "acteurs" de ces manifestations violentes, pour l’apaisement et le "respect des valeurs humanistes qui nous ont toujours rassemblées" a ajouté Didier Laguerre.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live