Kéziah Nuissier demande justice après son interpellation musclée, le procureur saisit l'inspection générale de la gendarmerie nationale

violence
Jeune manifestant libéré
Le jeune Kéziah, 22 ans, avec sa grand-mère (18 juillet 2020). ©Martinique la 1re
Le procureur de la république a saisi l'inspection générale de la gendarmerie lundi 20 juillet 2020 afin d'apporter des réponses aux accusations portées par les manifestants contre les gendarmes. Toujours hospitalisé, Kéziah demande réparation pour les préjudices subis après son arrestation musclée.
Le procureur de la République, Renaud Gaudeul a saisi l'IGGN (Inspection générale de la gendarmerie nationale), afin de déterminer les circonstances de l'arrestation du jeune Kéziah Nuissier le 16 juillet 2020 rue Victor Sévère à Fort-de-France.

Il s'agit de savoir notamment si des injures racistes ont été proférées à l'encontre des manifestants et de déterminer les circonstances de l'arrestation musclée de Kéziah Nuissier. 

Une enquête a donc été ouverte depuis le lundi 20 juillet 2020 pour violences illégitimes.
 

Si les faits de violences illégitimes sont avérées, il y aura des sanctions. Dans le cas contraire, je déclencherai une procédure pour dénonciation calomnieuse.

- Renaud Gaudeul, Procureur de la République.


"On a l'impression que ces gens voulaient sa mort"

Dominique Monotuka
L'avocat Martiniquais Dominique Monotuka. ©Martinique la 1re

Toujours hospitalisé à l'hôpital Pierre Zobda Quitman à Fort-de-France, Kéziah Nuissier souffre de violents maux de tête, témoigne son avocat, Maître Dominique Monutuka après lui avoir rendu visite ce matin (mardi 21 juillet 2020) sur son lit d'hôpital. 

Les images de son arrestation montrent une arrestation musclée par les gendarmes et un policier. Sous sa tête, une tache de sang assez conséquente. "Ceci ne peut rester en l'état", déclare l'avocat. Le jeune Kéziah demande justice. 
 

Il est très faible, allongé sur le lit et son corps est endolori. Il est prévu que l'IRM (Imagerie par résonance magnétique), soit réalisée dans la journée. Nous souhaitons qu'il puisse être rétabli le plus tôt possible. Les violences verbales et physiques qu'il a subies sont énormes. On a l'impression que ces gens voulaient sa mort.

-Dominique Monotuka, avocat de Kéziah Nuissier. 


Les instances judiciaires seront saisies 


"Ceux qui sont responsables de ces actes doivent en répondre devant les tribunaux" précise Maître Dominique Monotuka. Il ajoute qu'il n'a pas pu discuter avec lui comme il l'aurait souhaité car Kéziah est encore très faible pour donner plus de précisions à son avocat.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live