Les kinésithérapeutes de Martinique et leurs patients sont en souffrance 

coronavirus
Kiné
Séance de soin chez le kinésithérapeute pour un patient. ©MICROGEN IMAGES / SCIENCE PHOTO LI / SMD / Science Photo Library
Ils font partie du personnel médical, mais sont aussi un peu à part. Les kinésithérapeutes sont touchés de plein fouet par la crise sanitaire du Covid-19. Leurs cabinets ont dû fermer et ils ne peuvent prétendre à aucune aide. Souffrance également pour les patients qui n’ont plus leurs soins.
Christine tente tant bien que mal de faire ses exercices, mais la douleur ne l'aide pas. "C'est ce que je fais habituellement avec ma kiné, mais chez moi je suis très limitée. Je n'ai pas les massages, la physiothérapie, les équipements", explique-t-elle.
 

Des soins à l'arrêt


Depuis le début du confinement elle n'est plus reçue par sa kinésithérapeute qu'elle voyait à raison de trois fois par semaine. Cela fait presque deux mois qu'elle est sans soins. 

"C'est assez difficile, surtout qu'il fait très chaud en ce moment. Ma cheville est très enflée. On voit les conséquences, je boite beaucoup et mes douleurs sont revenues", avoue-t-elle. 

En effet, par rapport à sa pathologie, Christine ne doit pas arrêter sa rééducation, même durant les vacances. 

Mais ne sais toujours pas quand elle pourra à nouveau être reçue. Sa kinésithérapeute lui a dit que tant qu'elle n'aura pas tout le matériel nécessaire pour assurer les soins dans de bonnes conditions sanitaires, elle ne pourra pas ouvrir le cabinet.
Mesures kiné pour reprise
©Fédération Française des Masseurs Kinésithérapeutes Rééducateurs
 

Certains professionnels sont obligés de rouvrir


De leurs côtés, Laura Scannapieco et Kassy Renard sont en plein nettoyage, avant une réouverture de leur cabinet le 4 mai 2020. Les kinésithérapeutes font partie des professions indépendantes qui ont vu avec la pandémie de Covid-19, leur activité et leur revenu s'écrouler.
La jeune femme qui a réalisé 500 euros de chiffre d'affaires en un mois et demi ne peut prétendre à aucune mesure d'aide ou de chômage partiel.

(Re)voir le reportage de Cécile Marre, François Marlin.
Plusieurs mesures drastiques ont été mises en place comme l'impossibilité de prendre un rendez-vous sur place afin de respecter les distances de sécurité. De plus, le cabinet s'engage à fournir des masques aux clients qui n'en ont pas.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live