L'éruption de la Soufrière à Saint-Vincent suscite compassion et soutien politiques en Martinique

catastrophes naturelles
Éruption de la Soufrière
Éruption de la Soufrière à Saint-Vincent (9 avril 2021). ©UWISeismic

L'éruption du volcan Soufrière sur l'île voisine de Saint-Vincent depuis vendredi 9 avril 2021, suscite des réactions de solidarité du maire du Prêcheur Marcellin Nadeau, de la sénatrice Catherine Conconne, du président de Cap Nord, Bruno Nestor Azérot et du Parti Progressiste Martiniquais.

Marcellin Nadeau et son conseil municipal, ont été les premiers à adresser un message de solidarité aux habitants de Saint-Vincent.

Ces événements nous remémorent, nous peuples résilients de la Caraïbe, les douloureux souvenirs de l'éruption de la montagne Pelée avec ses tragédies à la fois humaines, sociales et économiques.

 

L'éruption de la Soufrière de Saint-Vincent nous rappelle, par ailleurs, s'il en était besoin que nous vivons dans une zone aux risques multiples, notamment volcaniques et que nous devons intégrer cet élément dans la vision du développement durable et singulièrement lors de l'élaboration de nos politiques publiques.

Marcellin Nadeau, maire du Prêcheur

 

La sénatrice Catherine Conconne écrit directement au Premier ministre de Saint-Vincent, Ralph Gonsalves et en appelle à un renforcement de la coopération régionale en la circonstance.

Monsieur le Premier ministre,

 

Alors que les nouvelles qui nous parviennent de la Soufrière sont très inquiétantes, je tenais à vous exprimer mon plein et entier soutien ainsi qu’au peuple de Saint-Vincent-et-les Grenadines.

 

En ces temps de crise, la nécessité d'une coopération étroite entre toutes les îles des Caraïbes apparaît impérieuse.

 

Je soutiendrai toute initiative ou demande qui ira en ce sens afin que la Martinique puisse contribuer à vous venir en aide. 

Catherine Conconne, sénatrice

 
 

Bruno Nestor Azérot président de Cap Nord et les élus communautaires, se déclarent préoccupés par la situation à Saint-Vincent.

Cet événement nous rappelle l’extrême vulnérabilité de nos écosystèmes soumis à tous les aléas naturels, en particulier le volcanisme.

 

Les éruptions cataclysmiques des 7 et 8 mai 1902 à Saint-Vincent et en Martinique nous indiquent que les destins de tous les peuples de l’archipel caraïbe sont indissolublement liés face à la puissance des éléments naturels.

 

Bruno Nestor Azérot, président de Cap Nord

Solidarité du Parti Progressiste Martiniquais (PPM)

 

Par la biais de son secrétaire général, le PPM joint son élan de solidarité à celui des autres, en réclament l'intervention de l'État et de la CTM (Collectivité Territoriale de Martinique).

La coopération régionale au sens humaniste, solidaire et responsable doit s’exprimer pleinement, ici et maintenant, pour accompagner concrètement nos voisins de la Caraïbe dans la recherche des voies et moyens pour sortir de cette situation dramatique. 

 

Le PPM demande instamment à la Collectivité Territoriale de Martinique et à l’État de prendre l’initiative d’un accompagnement à la fois en termes de logistique, de transport ainsi que de propositions d’accompagnement à la prise en charge des personnes et familles en difficultés. 

Johnny Hajjar, secrétaire général du Parti Progressiste Martiniquais

Soutien régional

 

Barbade et Sainte Lucie s’apprêtent à accueillir les évacués, de préférence les personnes vaccinées contre la Covid-19. Grenade, Antigua et Barbuda, Saint-Kitts et Nevis et les îles vierges britanniques, la Dominique, Guyana et Montserrat vont également accepter les évacués. Et le gouvernement de Trinidad et Tobago promet son assistance.

Nous ignorons pour l'instant, si l'élan de solidarité de la Martinique, ira jusqu'à recevoir également des réfugiés de Saint -Vincent.