L'ethnologue-sociologue Marlène Hospice s'est éteinte à 80 ans

société
Marlène Hospice
L’ethnologue –sociologue, Marlène Hospice (1941-2021). ©A.Odry

L’ethnologue-sociologue, Marlène Hospice est morte à 80 ans. Cette auteure de cœur et de conviction, militante pour la justice , avait écrit plusieurs ouvrages dont deux sur le prisonnier Pierre Just Marny, qui détenait le  record d’incarcération en France.

Le week-end dernier la nouvelle du décès de Marlène Hospice, docteure en ethnologie et sociologie comparée, a touché plus d’un. Élevée entre la Guadeloupe, le Saint-Esprit et Fort-de-France, Marlène Hospice est la cadette d’une fratrie de 7 enfants.

Cinq filles (Emma, Amélie, Marguerite et Annie) et 2 garçons (Daniel et Henri).

La passion de l’histoire, la pédagogie du savoir

 

Ce chercheur en sciences sociales était attachée aux valeurs humaines. Éprise de justice, elle poursuivait ses recherches en histoire."Il faut entrer dans l'histoire pour écrire l’histoire" disait-elle.

En 2014, dans l’émission "Zietaj", elle évoquait ses années de recherches et son regard sur la société martiniquaise depuis l’esclavage. Elle était d'une grande accessibilité et d'une grande disponibilité pour faciliter la compréhension de son interlocuteur.

Militante de la première heure

 

Cette passionnée de mathématiques a été aussi dès son plus jeune âge au fait de la politique. Son engagement était total.

Lors de l’affaire de l’OJAM en 1963, à savoir l’incarcération et l’inculpation pour atteinte à la sureté de l’État de 18 jeunes martiniquais, Marlène Hospice (de l'AGEM) est expulsée de la Martinique.

Arrivée d'un navire bananier, elle sera arrêtée puis relâchée. Cet épisode marquant la motive pour réussir et devenir après ses études à Paris, docteure en ethnologie et en sociologie comparée.

Une auteure attachée au fait sociétal

 

Ses publications ont commencé par des agendas historiques. Agenda Caraïbe 1987 /1988 et 1989 avec l'agenda du bicentenaire.

On retrouve ses livres : "Pas de pitié pour Marny Une affaire martiniquaise", "Chouval bwa, Le manège : un songe créole", "Guadeloupe-Martinique, janvier-mars 2009 : la révolte méprisée", "Pierre Just Marny jusqu'au bout du silence : 1963-2011 / 48 ans de prison". Elle a aussi publié quelques écrits en tant qu’anthropologue.

Mardi soir (23 mars 2021), des amis ou des anonymes ont salué une dernière fois Marlène Hospice et encourager ses frères et soeurs, sa fille Léna.

Mercredi 24 mars 2021 à 9 heures, une cérémonie se déroulera en la Salle omniculte de la Joyau à Fort-de-France. L’inhumation se fera au cimetière du Saint-Esprit.