L’Organisation Météorologique Mondiale publie les noms des cyclones dans l'atlantique pour 2022

cyclones
Elsa évolution en ouragan vendredi matin
©NOAA NWS National Hurricane Center
La saison cyclonique commence le 1 juin 2022. L’Organisation Météorologique Mondiale (WMO) a publié la liste des 21 prénoms qui seront attribués aux tempêtes de cette année. De son coté, l’Université de Colorado qui étudie les phénomènes cycloniques depuis des décennies, annonce une saison active.

Alex, Bonnie, Colin, Danielle, Earl, Fiona, Gaston, Hermine, Ian, Julia, Karl, Lisa, Martin, Nicole, Owen, Paula, Richard, Shary, Tobias, Virginie and Walter, ce sont les noms retenus pour les cyclones dans la zone atlantique pour 2022.  

Si jamais cette liste est épuisée, 21 autres noms ont été identifiés pour assurer la continuité. Les scientifiques ont complété la liste et optent pour les noms suivants : Adria, Braylen, Caridad, Deshawn, Emery, Foster, Gemma, Heath, Isla, Jacobus, Kenzie, Lucio, Makayla, Nolan, Orlanda, Pax, Ronin, Sophie, Tayshaun, Viviana et Will.

Une saison cyclonique 2022 active

L’Université de Colorado, qui étudie les cyclones atlantiques depuis des décennies, annonce une saison active.

Selon les scientifiques, il y aura au moins 19 tempêtes qui atteindront une puissance suffisamment élevée pour pouvoir porter un nom.

La saison cyclonique dure 6 mois (du 1 juin au 30 novembre). 9 ouragans dont 4 majeurs pourraient se développer dans la région. Les températures de la mer des Caraïbes et de la zone subtropicale de l’Atlantique sont plus élevées que d’habitude, ce qui contribue à l'augmentation de la puissance des cyclones.

Certains pays sont plus menacés que d'autres

Apres avoir étudié les statistiques et les habitudes des cyclones depuis 1880, les chercheurs de l’Université de Colorado ont dressé une table de prévisions pour les différents pays visés par les cyclones de l’Atlantique tropical.

Dans la Caraïbe, la probabilité d’être impacté par une tempête tropicale est de l'ordre de 94% aux Bahamas. En Martinique et en Guadeloupe, le chiffre est de 51%.  A Trinidad et Tobago, la population n’a que 12% de probabilité de voir une  tempête tropicale.

Les pourcentages ne sont pas les mêmes pour les cyclones.  Avec 72%, les Bahamas sont toujours le pays le plus à risque. La Martinique n'a qu'une faible probabilité de l'ordre de 19% et la Guadeloupe 29%. Pour Trinidad et Tobago, le  risque est seulement 4%.

Une science inexacte

Ces chiffres peuvent changer. Les météorologues ont de plus en plus de difficultés à prévoir les comportements et les trajets des tempêtes et des cyclones dans la Caraïbe.