La 21e campagne pour l’élimination des violences faites aux femmes est lancée en Martinique

femme
Violences faites aux femmes
Violences faites aux femmes (image d'illustration) ©Pixabay
"Si c’est pas sûr que c’est oui, dis-toi que c’est non !", c'est le slogan de la 21e campagne pour l’élimination des violences faites aux femmes du 19 au 29 novembre 2020 en Martinique. Cette année, l’accent a été mis sur le consentement sexuel.
Chaque année, la campagne de lutte contre les violences faites aux femmes a pour objectif d’"attirer l’attention du public, sur l’un des aspects de ces violences, afin de mieux sensibiliser et mieux prévenir".

Pour 2020, il s’agit de porter la prévention "de manière particulière", sur les violences sexuelles, en abordant la thématique du "consentement".
 

Outre les violences conjugales, la sexualité constitue en effet un terrain privilégié d’exercice de violences. Ces dernières résultent de plusieurs facteurs :

• Un contexte culturel favorisant l’expression du désir sexuel par les hommes, mais jugeant négativement l’expression par les femmes de leur volonté en ce domaine

• Le stéréotype largement partagé et intégré qui conduit à penser que "qui ne dit mot consent", et qu’il y a donc consentement si une femme n’a pas rejeté de manière quasi- agressive une proposition

• L’insuffisance de débat public éclairé sur ces questions, qui entraîne une information déficiente et des comportements inadaptés.

(L’Observatoire des Violences envers les Femmes)

Violence femmes campagne 2020
Lancement de la 21e campagne pour l'élimination des violences faites aux femmes (novembre 2020) ©Cap/fb/Prefecture de Martinique
 

Décryptage du "consentement" 

 

Ce slogan a pour vocation de s’adresser à toute personne, en permettant de s’interroger sur son propre consentement:
"suis-je-prêt.e ? ; en ai-je envie ?" (et), sur le consentement du/de la partenaire : son consentement a-t-il été réellement exprimé ?

(L’Observatoire des Violences envers les Femmes)


L’objectif des organisateurs est d’apporter des éléments d’information destinés à toute la société, "mais susceptibles de toucher les publics jeunes beaucoup plus fortement que des campagnes antérieures", à la faveur des outils modernes de communication tels que les webinaires pour des conférences et des ateliers, ainsi que des spots de sensibilisation visibles sur les réseaux sociaux.
Affiche 21e campagne de lutte contre les violences faites aux femmes
Affiche de la 21e campagne de lutte contre les violences faites aux femmes (novembre 2020) ©ovifem

Les violences sexuelles désignent tous actes sexuels commis avec violence, contrainte, menace ou surprise. Ces violences portent atteinte aux droits fondamentaux de la personne. 
Personne n’a le droit de vous imposer un acte sexuel que vous ne désirez pas. 

(arretonslesviolences.gouv.fr)


Pour plus de détails sur cette 21e campagne, consultez le site internet OVIFEM (observatoire des violences faites aux femmes), ou appelez le 0596 74 40 99

Mercredi 25 novembre 2020, le réseau institutionnel et associatif engagé dans cette action de prévention et d’information, ainsi que les associations féministes en particulier, s’apprêtent à célébrer la journée internationale pour l’élimination de la violence à l'égard des femmes.
Contribution de diverses associations et institutions

Cette nouvelle campagne se déroule en Martinique durant dix jours (jusqu’au 29 novembre 2020). Elle est coordonnée par l’Observatoire des Violences envers les Femmes, lequel s’appuie sur le travail quotidien de plusieurs associations :

ADAVIM-FRANCE VICTIMES, ALEFPA, CDAD, CROIX ROUGE, CULTURE ÉGALITÉ, GENDARMERIE DE MARTINIQUE, KONBIT, LAMVIT, POLICE NATIONALE, SOROPTIMIST, SOS KRIZ, UNION DES FEMMES DE MARTINIQUE.

Plusieurs institutions apportent également leur soutien :

ARS, CACEM, CAF, CTM, DRDFE, DJSCS.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live