La campagne pour les élections territoriales a commencé sur les Réseaux Sociaux

élections 2021
Réseaux sociaux
©Martinique1ere

À quelques semaines de l’ouverture officielle de la campagne des élections territoriales, les tractations vont bon train sur les réseaux sociaux. Les internautes se régalent sur la toile.

"Webinons !" Même s'il faut avouer que l'on ignore si ce verbe existe, il est certain que chacun y va de son webinaire pour ces élections territoriales. Il s'agit d'une fenêtre pour rassembler ses troupes et faire passer ses messages et sa vision future du territoire.

Quand les insultes fusent


Un outil utilisé par tous les candidats déclarés à ce jour. Chacun y propose sa solution relayée ici et là par des internautes plus ou moins éclairés. Partagé aussi par des fans qui n’hésitent pas à fustiger les camps adverses. Ainsi, ils tirent à boulets rouges et n’hésitent pas à mettre sur la voie publique via la toile des relations ou liaisons supposées dangereuses, voire intimistes, de tel ou tel candidat.  Ils semblent prêts à tout pour salir, calomnier et faire en sorte que leur message devienne viral. 

Les RS, forces de propositions


Les Réseaux Sociaux sont aussi une source d’inspiration pour certains internautes. D’autres affirment leurs vœux et volontés. Madeleine par exemple, argue qu’elle souhaite "des actions et pas des promesses".

Marcel, lui, s'intéresse au domaine de la coopération et prône que la Martinique fasse preuve de plus de solidarité envers les gens de la Caraïbe, tandis que Jean-Pierre se félicite de l’écoute active de son favori.

Mickael applaudit des deux mains la clarté des propositions émises par l’un des candidats et invite le peuple à faire corps avec ces idées.
Sylviane, elle, espère plus de budgets pour aider les jeunes en apprentissage.

Philippe s’exerce à la contradiction sur le programme d’un autre candidat et le met au défi de rappeler ses réalisations au cours de ses mandats. Une analyse que partage Lyly qui confirme ce qu’elle considère comme un "vide abyssal" du programme de ce candidat.

Marcelline conclut sur le même sujet par un "tchipp" bien martiniquais. Une onomatopée comme pour dire que cela n'est pas satisfaisant et qu'il faudra faire mieux.