La conseillère territoriale Louise Telle dénonce la léthargie qui entoure la "Sainte-Famille" après de multiples cas de maltraitance d'enfants

collectivité territoriale de martinique
Louise Telle
Louise Telle (au premier plan) sur les bancs de la majorité à la CTM. ©Martinique la 1ère
Lors de l'assemblée plénière de la CTM du 1er octobre 2020, Louise Telle conseillère territoriale, a dénoncé "la léthargie" qui a entouré les signalements de maltraitance des enfants à la "Sainte-Famille". Francis Carole s'est engagé à tout mettre en oeuvre pour que cela ne reproduise plus. 
Dans une déclaration faite à l'Assemblée plénière de la CTM (collectivité territoriale de Martinique) hier, jeudi 1 octobre 2020, Louise Telle conseillère territoriale et présidente de la commission santé, a dénoncé la léthargie des services dans leur ensemble face aux multiples signalements de maltraitance qui se sont déroulés au foyer pour enfants la Gaschette au Robert.
 

Ne pas tenir compte des successives alertes de notre commission par rapport à l’inadmissible situation de cet établissement relève, tout à la fois, de la non-assistance à enfants en danger et au non-respect de la démocratie due, légitimement, aux élus. Cela aussi est, proprement, inadmissible !


Louise Telle.


Cette déclaration fait suite à un nouveau signalement de cas de harcèlement et de maltraitance suite à la publication de deux vidéos sur les réseaux sociaux, lundi 28 septembre 2020 au foyer la "Sainte-famille" au Robert quartier Gaschette où sont accueillis 70 enfants placés par la justice.Le président du conseil exécutif de la CTM, Alfred Marie-Jeanne avait alors déclaré que "la Collectivité donnera les suites judiciaires qui conviennent à cette affaire".

Le parquet de Fort-de-France a également été avisé de ces faits et une plainte déposée suite à ces violences.
 

Sauvegarder la sécurité des enfants


Louise Telle s'interroge également sur "la protection des enfants dans l'attente de la reprise du foyer et sur les mesures urgentes qui seront prises pour sauvegarder leur sécurité". 
 

Mes interventions ont été si nombreuses et les réponses qui m’ont été faites ont été si décevantes et parfois, agressives, les manquements administratifs signalés ont été si peu suivi d’effet que, collègues, je me demande vraiment, aujourd’hui, à quoi servent les élus de la Commission en charge de l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE) ?!



Louise Telle.

 
Association la Sainte Famille
©Martinique la 1ère

Un garçonnet victime d'agression sexuelle


Elle dénonce également le peu de sérieux avec lequel ses interventions ont été interprétées par l'assemblée plénière. 
 

Lorsqu’il m’a été dit, PV à l’appui, le 19 décembre dernier, lors de la plénière, quand je signalais la dramatique agression sexuelle dont a été victime un garçonnet de cet établissement, que c’était "lamentable que cet incident soit utilisé dans les affrontements politiques, lamentable, mesquin et insignifiant" ...


Louise Telle.

 

Une organisation à revoir 


Il est vrai que la question peut être légitiment posée. Pourquoi après de si nombreux signalements en est on arrivé à cette situation ?

Francis Carole, conseiller exécutif de la CTM, s'est engagé sur l'avenir de cette institution mais cela prendra du temps. Voici la feuille de route qu'il a annoncée hier en plénière.

- Renforcer le contrôle de cette association en nommant quelqu’un qui aura pour mission, sur la base d’un courrier du président avec des préconisations.
- S’assurer du respect strict des décisions prises.
- Un appel à candidature (pour la reprise des activités de ce centre, ndlr), sur la base d’un cahier des charges et cela prendre un certain nombre de mois.
Francis Carole
Le conseiller exécutif Francis Carole. ©Martinique la 1ère

Une mission spécifique se met en place


Francis Carole a ajouté que dans l’attente, une mission spécifique se met en place.
 

Nous prendrons à l’égard des deux enfants qui sont concernés par l’agression, des mesures particulières de sanctions et d’accompagnement et vis-à-vis aussi de celle qui a filmé.

Francis Carole.


Enfin le conseiller exécutif de la CTM a conclu en affirmant "qu'il faudra discuter avec le personnel, revoir le conseil d’administration de sorte que le point soit fait, tout cela va se faire très rapidement".

Des actes attendus avec impatience par la population martiniquaise et surtout par les enfants et adolescents victimes de ces agissements qui s'ajoutent à leurs souffrances de vie. Une chose est sûre, plus personne ne pourra dire "nous ne savions pas".
Les Outre-mer en continu
Accéder au live