La CTM engage avec l'État "la baisse des prix de 1000 produits de première nécessité"

consommation
Plénière de l'Assemblée
Plénière de l'Assemblée (13 avril 2022). ©CTM
L'Assemblée de la CTM déclare l’état d’urgence sur les prix lors de la séance de ce mercredi 13 avril 2022. La Collectivité engage la baisse des prix de 1000 produits de première nécessité", en négociation avec l’État.

Les élus se veulent davantage à l'écoute de la population dans ce contexte de crise sanitaire (qui s'améliore), et de la hausse des matières premières, notamment à cause de la guerre en Ukraine.

L'Assemblée de Martinique confie au Conseil Exécutif, présidé par Serge Letchimy, "le mandat de négocier avec l’État et l’ensemble des acteurs engagés dans les mécanismes de formation des prix (communes, distributeurs...) afin de travailler à la baisse des prix de 1000 produits de première nécessité", indique le communiqué de la CTM (Collectivité Territoriale de Martinique).

Le Conseil Exécutif a confirmé qu'il travaille à la "révision de ces mécanismes de fiscalité et notamment d’octroi de mer sur un panier de 1000 produits concernant les ménages les plus modestes et de la classe moyenne" précise le PCE (Président du Conseil Exécutif).

 Toutefois, l’Assemblée de Martinique, "consciente du risque que ces baisses soient immédiatement "grignotées" par une hausse des prix par d’autres acteurs impliqués dans les mécanismes de fixation des prix, demande au Conseil Exécutif d’exiger des contreparties fortes de l’ensemble des parties à cet effort" en matière de baisse des prix notamment par :

  • Le blocage des prix à la consommation par l’État en Martinique ;
  • La suppression de la TVA que perçoit l’État sur cette même liste ciblée de produits ;
  •  La mise en œuvre par l’État en lien avec la Collectivité de Martinique, de mesures permettant l’encadrement des marges des grossistes et distributeurs.