La gestion de l'eau en période de sécheresse en Martinique reste chaotique malgré l'ambition des politiques

consommation
Eau en Martinique : la mauvaise des élus

Les 3 présidents des EPCI espèraient que  les problèmes d’approvisionnement que nous subissons depuis 2 ans pendant le carême ne se reproduisent pas cette année. Hélas...à cause des règles d'appel d'offres, le plan d'urgence eau n'est pas encore concret.

En pleine période de mesures sanitaires anti-covid, pas d'eau dans nombre de foyers. Quelle galère !

Les années se suivent et se ressemblent. Des centaines d'abonnés sont encore privés d'eau. Non pas à cause de la sécheresse mais de la difficulté des élus de Martinique à gérer la ressource.

Les présidents des 3 EPCI (établissement public de coopération intercommunale) : Cap Nord, Espace Sud et Cacem, déclarent qu'ils ont pris les choses en main. Mais en réalité, changer la gestion de l'eau est plus facile à dire qu'à faire. L'exemple de Cap nord est instructif.

Dans le plan urgence eau, il y a une grosse opération qui va concerner Morne Balai (Basse-Pointe) pour la recherche en eau souterraine  parce qu'il faut recherche de nouvelles ressources. 

 

Au niveau de Cap Nord, dans l'immédiat, nous savons que nous avons une population en grande souffrance à cause du manque d'eau depuis plus d'une année. Ces gros travaux vont être faits mais nécessitent des autorisations de certaines personnes pour l'accès à leur terrain. 

Agnès Lery, directrice générale des services par intérim à Cap Nord