martinique
info locale

La gratuité de la Pointe-Marin ne profite pas aux restaurateurs de la plage

économie
Pointe-marin sainte-anne plage
©MARTINIQUE 1ERE
La Pointe-Marin à Sainte-Anne retrouve des couleurs. Beaucoup de personnes viennent s'y baigner. Et pour cause, depuis plusieurs mois, le parking est redevenu gratuit. Mais les commerçants n'en profitent pas pleinement.
Ce dimanche (24 juillet), la plage de la Pointe-Marin à Sainte-Anne est prise d'assaut. Depuis que l’accès est redevenu gratuit il y a plusieurs mois, la plage regorge de monde. Ils viennent en famille de toute la Martinique du Lorrain, du Gros-Morne, du centre et des communes voisines du Sud. "Le fait que ce soit gratuit, on n'a pas à se prendre la tête, on vient, on rentre. On fait nos affaires, on n'a pas à regarder l'heure", explique une baigneuse. "Ça coûtait très cher, et même en mettant la voiture à l'extérieur, on prenait des amendes", raconte cet homme. "Ça ne me dérangeait pas au fond", tempère une femme. "Vu que l'on a accès à des douches, à des toilettes, même si elles ne sont pas toujours très bien tenues, moi je comprenais que l'on pouvait avoir accès à un service et donc il faut payer pour cela".

Si le libre accès profite à la population, les professionnels eux font grise mine. La plage est bondée mais les restaurants à l’heure du déjeuner sont quasiment vides. "Les gens étaient organisés, ils savaient que nous donnions des tickets. Donc ils venaient manger", raconte Avelyne. "Maintenant, les gens arrivent sur la plage : ils ont leur gamelle, leur table. Nous, on souffre un peu plus".

Réduction de personnel

Face à cette situation, Avelyne a réduit son personnel. "La saison de janvier à mars, j'avais dix personnes. Cette saison, juillet/août, l'activité a beaucoup baissé. J'ai dû réduire mon personnel depuis le mois de mars. Et là, je suis passée à une personne en cuisine, deux personnes en salle, deux personnes au snack. Au total, ça fait cinq salariés".
 
Lors de la mise en place du péage de la Pointe-Marin, les restaurateurs criaient au sabotage. Aujourd’hui, ils se plaignent encore mais cette fois de la gratuité du site. Le mal serait-il plus profond qu’une simple barrière ? Ces professionnels espèrent que la municipalité saintannaise réalisera un plan de relance de l’activité à la Pointe-Marin pour qu’enfin, ils puissent sortir la tête de l’eau.