La loi dite loi Taubira, qui reconnaît la traite et l’esclavage comme un crime contre l’humanité, a 20 ans

commémorations
L'esclavage libéré de ses chaînes
Symbole de liberté dans la commune du Prêcheur. ©Orythys

Depuis 10 mai  2001, le Parlement reconnaît l’esclavage comme crime contre l’humanité. 20 ans après, à l'occasion de la journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions, la préfecture de Martinique accueille un débat dès 8h30 ce lundi 10 mai 2021.

La France est le premier pays, et demeure le seul, à avoir déclaré la traite négrière et l’esclavage comme crime contre l’humanité et le seul à avoir décrété une journée nationale de commémoration.

C’est à l’initiative du président de la République Jacques Chirac, que le 10 mai devient journée de commémoration nationale. Pourquoi cette date ? Elle correspond à l’adoption par le Sénat de la loi dite loi Taubira, qui reconnaît la traite et l’esclavage comme un crime contre l’humanité. C’était le 10 mai 2001.

Rencontre-débat à la préfecture de Martinique

20 ans après, dans le cadre de la journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions, une rencontre-débat est organisée ce lundi 10 mai 2021 à 08h30 à la préfecture (Fort-de-France) en présence des Parlementaires qui ont participé au débat législatif en 2001.

Suivez notre direct dès 8h30.