La lycéenne Taïna, toujours dans le coma après son altercation avec une camarade de classe

violence
Urgence / CHU /
Les services d'urgences du CHUM ©Guy Etienne
Depuis son hospitalisation en urgence lundi 21 novembre 2022, à la suite d’une bagarre avec une autre lycéenne de sa classe, Taïna est toujours en réanimation. Son père est très inquiet du fait du "diagnostic pessimiste" des médecins selon lui.

Pour une banale histoire de prénom, les deux copines scolarisées au lycée Dumas Jean-Joseph à Fort-de-France, en sont venues aux mains. La scène s’est déroulée vers 15h lundi 21 novembre 2022, dans une salle de classe.

Pronostic vital "très engagé"

Selon le père de la victime, le pronostic vital de sa fille unique serait "très engagé", d’après le compte rendu quotidien des médecins du service réanimation et soins critiques du CHU de La Meynard. Antonio Saint-Aimé est forcément très inquiet.

Elle est toujours sous respiration artificielle (…). Elle fait beaucoup de sport à l’école, elle a toujours des certificats médicaux favorables et elle ne souffre pas du cœur (...). Elle a dû attraper un coup sur la tête durant la lutte, puisque d’après ce que je sais, elle a été plaquée contre un meuble, puis elles sont toutes les deux tombées au sol. Après qu’elles ont été séparées, on lui a fait des massages cardiaques, du bouche à bouche, mais son cœur avait du mal à repartir jusqu’à ce qu’elle soit admise au CHU.

Antonio Saint-Aimé

"Une enfant calme"

D’après ce que j’ai appris encore, la fille avec qui elle s’est battue était sa meilleure amie. Elles venaient de déjeuner ensemble (...). Taïna est une enfant très gentille, calme, même si elle a son caractère si on la cherche. Mais depuis, je me demande comment est-ce arrivé ? Ce que je ne comprends pas, c’est qu’on a eu du mal à les séparer dans un lycée où il y a pourtant du personnel, des surveillants etc...

A. St-Aimé

"C’est la prunelle de mes yeux"

Ce que j’espère c’est qu’elle revienne, qu’elle soit sauvée, car Taïna c’est mon tout. Je travaille et je vis pour elle, c’est la prunelle de mes yeux, c’est ma main droite et ma main gauche. C’est elle qui fait tout pour moi en informatique (…).

Antonio Saint-Aimé

Lycée Dumas Jean-Joseph
Lycée Dumas Jean-Joseph à Fort-de-France. ©Xavier Chevalier

Taïna, élève de Première d’une section sanitaire et sociale, veut s’occuper d’enfants lorsqu’elle sera plus grande confit son papa. Ce dernier ajoute que la mère de la jeune fille est décédée d’un malaise cardiaque alors qu’elle n’avait qu’un an.

Une famille dans l’angoisse

Je lui parle beaucoup depuis lundi dernier, même si elle est dans le coma. Je lui fais sentir ma souffrance, je lui dis qu’il faut revenir parmi nous, avec son papa, sa tatie et ses grands-parents.

Antonio Saint-Aimé

Le père de Taïna a porté plainte contre X et a saisi un avocat.