Une lycéenne en arrêt cardiorespiratoire après une violente bagarre au lycée Dumas Jean-Joseph à Fort-de-France

violence
Lycée Dumas Jean-Joseph
Lycée Dumas Jean-Joseph à Fort-de-France. ©Xavier Chevalier
Une bagarre entre deux jeunes filles aurait pu tourner au drame lundi 21 novembre 2022 au Lycée Dumas à Fort-de-France. Elles se sont battues avec une telle violence que l’une d’entre elle était en arrêt cardiorespiratoire à l’arrivée des secours.

Une violente altercation entre deux jeunes filles s'est déroulée dans une salle de cours du Lycée Dumas Jean-Joseph, lundi 21 novembre 2022. 

Les pompiers, arrivés très vite sur les lieux, prennent en charge une jeune fille en arrêt cardiorespiratoire. Après des soins prodigués par les secours, la victime a retrouvé une activité cardiaque normale avant d’être évacuée en urgence absolue vers l'hôpital Pierre Zobda Quitman à Fort-de-France.

La bagarre entre ces deux jeunes filles de première année bac pro a débuté en plein cours, lundi après-midi pour une futilité. Une remarque sur le prénom d'une nouvelle élève.

Une altercation qui a dégénéré dans une salle de cours simplement pour une remarque faite au sujet du prénom d'une autre jeune fille. Il s'est avéré que ces demoiselles ont haussé le ton, et en dépit de l'intervention du professeur pour ramener tout le monde à la raison, les deux filles ont continué à s'invectiver, jusqu'à ce qu'elles en viennent aux mains. Une élève a fait l'objet d'une évacuation par les services de secours en ayant constaté qu'au bout d'un moment elle n'était pas consciente.

Marc Ertus le proviseur du lycée Delmas Jean-Joseph

Martinique 1ère journal de 13 heures

Une réunion s’est tenue ce mardi matin à 7 heures avec le personnel  à l'initiative de Marc Ertus le proviseur. Elle a porté sur les faits qui se sont déroulés dans la salle de cours. une cellule psychologique a été mise en place dans l'établissement.

La jeune fille auteur des faits est absente de l'établissement. Elle fait l'objet d'une mesure conservatoire d'éloignement.

Notons la présence de policiers aux abords de l’établissement ce mardi matin.