La Martinique a envoyé sa lettre annuelle au Père Noël

société
61bd2471c166a_carte4.jpg
Il est encore temps pour chacun d’adresser sa lettre au Père Noël, comme chaque année. La Martinique aussi lui a écrit. Nous venons de recevoir une copie de ce courrier.

Cher Papa Nwel (c’est bien écrit "Nwel" en créole et non "Noël" en français), nous voudrions que tu nous aides à accomplir quelques miracles cette année, même si tu n’as pas forcément le profil du faiseur de miracles. Nous ne sommes pas les plus pauvres, ni les plus à plaindre de la planète, même si parfois certains nous font croire le contraire. Nous ne souffrons pas de famine, nous ne connaissons pas la guerre, ni l’exode climatique massif, encore moins le génocide.

Des pilules...contre l’irresponsabilité

Mais vois-tu, notre belle Martinique a été complètement chamboulée cette année. Comme partout dans le monde, la persistance de ce satané virus invisible a révélé ses forces mais aussi ses faiblesses. Ses forces ? Sa capacité de résilience face à une catastrophe. Ses faiblesses ? Sa peur de l’avenir, le manque de confiance envers tout le monde, à commercer par elle-même.

Alors, si tu pouvais nous offrir un vaccin - ou plutôt des pilules vu que ce mot est tabou - contre l’irresponsabilité nous pourrions entendre beaucoup moins de balivernes propagées par les dizaines d’épidémiologistes, juristes, virologues, infectiologues, politologues et toutbagayologues qui pullulent sur les réseaux sociaux. Il y va de notre santé mentale.

Des chèques pour les plus nécessiteux

Et puisque nous parlons de santé, si tu pouvais nous apporter un gros chèque de plusieurs millions d’euros pour que l’hôpital achète les lits et le matériel qui lui manque, tu serais le génie des Papa Nwel. Et puis, offre-nous un règlement nous interdisant de parler pendant l’année qui vient de choses qui fâchent comme chlordécone, sargasses, brume de sable. Paroles inutiles, puisque les solutions ne sont pas là. A quoi rabâcher ce que tout le monde sait déjà ?

Apporte-nous aussi des chèques conséquents pour les plus démunis, ceux qui ont du mal à payer leur gaz, acheter à manger, se loger décemment, se soigner. Ils sont encore trop nombreux, même si tous ceux qui ont assez pour vivre correctement ne les voient pas. An ti jès pou yo, souplé !

Remplir nos cœurs de bonnes intentions et nos têtes de belles pensées

Et si tu pouvais offrir à nos grands chefs politiques le livre de recettes où il est expliqué comment intéresser le peuple à ce qu’ils font, ce serait mirifique ! Tu te rends compte ? Nous n’allons plus voter et nous nous réfugions dans l’absence civique. Même si après, nous pleurons que les élus ne font rien pour nous. Bref !

Petit Papa Nwel, quand tu viendras vers notre enfer humain, n’oublie pas de remplir nos cœurs de bonnes intentions et nos têtes de belles pensées. Fais en sorte que la paix irradie la planète. Mets fin à la faim dans le monde. Et aussi à la criminalité, à la corruption. Montre-nous la voie vers la justice sociale, la culture pour tous et à la beauté humaine. Nul besoin de changer de planète pour avoir tout ceci.

Voilà, pour ce Noël 2021, ce que la Martinique te demande, cher Papa Nwel. Nous savons que tu feras de ton mieux pour combler, de manière magique, notre pays fantastique qui se débat dans une situation critique.