La Martinique prend part à la journée mondiale de sensibilisation à l’autisme

handicap
Journée mondiale de sensibilisation à l'autisme relayée en Martinique. ©Martinique la 1ère
En cette journée mondiale de l'autisme (2 avril), le centre de ressource autisme et les professionnels de l’hôpital de jour du Lamentin, ont animé une journée d’activité au parcours santé de Ducos avec les petits patients de l’hôpital, leurs familles et des enfants qui ne souffrent pas de troubles. Un mélange pour favoriser l’inclusion. Voir notre reportage avec Stéphane Petit Frère.

Le 2 avril est la journée mondiale  journée mondiale de la sensibilisation à l’autisme. 

L’occasion pour le centre de ressource autisme et les professionnels de l’hôpital de jour du Lamentin d’organiser une journée d’activité au parcours santé de Ducos avec les petits patients de l’hôpital, leurs familles mais aussi des enfants qui ne souffrent pas de troubles. Un mélange pour favoriser l’inclusion.

Opération réussie en particulier pour le petit Christopher, qui a fait encore aujourd’hui de beaux progrès. 

Il cavale en tête de cortège. Du haut de ses 4 ans c’est lui qui donne le rythme de la marche. Difficile pour sa maman de suivre la cadence. 

Journée autisme en Martinique
Journée autisme en Martinique ©Stéphane Petit-Frère

Après l’échauffement, place aux activités motrices. Se hisser hors du tunnel, c’est la première victoire. Il faut maintenant traverser le parcours semé d’obstacles, et renverser les quilles avec une balle. Des exercices que le papa observe avec attention, pour les reproduire à la maison. "La maladie de Christopher est un trouble du spectre autistique, découvert il y a deux ans", explique Valéry, père de Christopher.

Détecter les signes au plus tôt c’est l’un des principaux objectifs du centre de ressources autisme de Martinique, qui organise l’événement. L’autre enjeu est de permettre aux patients de rencontrer plus d’enfants.

Une intégration essentielle à l’heure où les places sont rares en centres d’accueil spécialisés. Seulement quelques centaines, pour environ 3 000 mineurs qui souffrent d’autisme en Martinique.

Sont interrogés dans le reportage : 

Gladys, maman de Christopher

Clementine Marseille, Psychomotricienne à l’hôpital de jour du Lamentin

Valéry, père de Christopher 

Anne Ramond Hevin, pedopsychiatre