La montagne Pelée en Martinique suscite curiosité et interrogations

catastrophes naturelles
Vue de la montagne
Les randonneurs sur les contreforts de la montagne Pelée. ©Jean-Marc Kennenga
La Pelée est officiellement en vigilance jaune. Cette mesure souhaitée par des experts scientifiques consiste à renforcer la surveillance du volcan, après une recrudescence de séismes et des remontées de gaz en novembre dernier. Pas de quoi effrayer les visiteurs, qui s’interrogent néanmoins.
La montagne Pelée en placée désormais en vigilance jaune. Cette alerte scientifique contraint l’observatoire volcanologique et sismologique de Martinique à mobiliser des moyens humains et matériels supplémentaires dédiés à la surveillance du volcan, lequel a décimé près de 30 000 personnes lors de l’éruption du 8 mai 1902.

Les spécialistes assurent qu’"on ne peut pas prédire si un volcan va entrer en éruption, mais on est capable de détecter des signes précurseurs". C’est précisément ce qui a motivé cette vigilance renforcée, après avoir constaté une "augmentation constante" des secousses de type volcano-tectonique depuis novembre 2019 d’après les experts.

Mais ces derniers ont souligné en présence du préfet du territoire lors de leur conférence de presse du vendredi 4 décembre 2020, qu’il n’y a "pas de signes précurseurs d’une éruption".

Du coup, les curieux étaient nombreux le week-end dernier sur ce site devenu touristique, des visiteurs encore intrigués par de nombreuses interrogations.

(Re)voir le reportage d’Eddylia Engène-Mormin et Jean-Marc Kénnenga.
promeneurs sur la montagne Pelée
L'ascension de la montagne Pelée est une des randonnées les plus prisées dans le nord de l’île. Plusieurs sentiers mènent au sommet de ce volcan qui culmine à 1395m, au départ de Grand Rivière, du Macouba, du Morne-Rouge (Sentier de l'Aileron) ou du Prêcheur (Sentier de la Grande Savane).