La nouvelle forme de Coronavirus détectée en Grande-Bretagne fait peur dans les écoles de Martinique

éducation
Ecole 2
©Xavier Chevalier

La rentrée scolaire ce lundi 4 janvier se fait dans un climat de peur et de méfiance. Les professeurs estiment que les protocoles sanitaires mis en place ne sont pas suffisants et que les établissements scolaires pourraient rapidement se transformer en foyers de contaminations. 

Ce lundi 4 janvier 2021, c’est la rentrée pour l’ensemble des élèves en Martinique. Mais une partie restera à son domicile. En effet, le plan de continuité pédagogique a été prolongé jusqu’au 20 janvier 2021.

Il permet au chef d’établissement de diviser en plusieurs groupes l’ensemble d’un niveau ou juste une classe afin qu’une partie soit en présentiel et l’autre en distanciel. Les groupes alternent chaque jour ou toutes les semaines en fonction de l’organisation choisie.

Les jeunes seront cette fois encore soumis à un protocole sanitaire renforcé.

Des mesures jugées insuffisantes

 

Mais, malgré toutes ces mesures, les professeurs martiniquais ont peur. Ils s’inquiètent notamment de la nouvelle forme de Coronavirus détectée en Grande-Bretagne et qui se repend à travers le monde. Si les jeunes semblaient épargnés par l’ancienne version du Covid, ils sont sensibles à la nouvelle.

Marie-Michelle Toussaint, secrétaire générale du syndicat UNSA, craint que les écoles se transforment en foyers de contamination et que l’épidémie qui semble sous contrôle en Martinique reprenne de la vigueur.

Elle ajoute que les jeunes enfants, âgés de moins de 6 ans qui ne portent pas de masques représentent également un risque de contamination, d’autant que l’espace dans les classes n’est pas suffisant pour avoir une véritable distanciation. 

Michelle Toussaint

Rentrée scolaire "comme prévu", confirme Jean-Michel Blanquer

 

Après la détection en France de deux variants du coronavirus identifiés au Royaume-Uni et en Afrique du Sud, "on est très attentifs, on reste vigilants, mais nous pouvons parfaitement organiser la rentrée demain", a assuré Jean-Michel Blanquer le ministre de l'Éducation nationale. 

Selon le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon, ces nouveaux variants du virus "toucheraient" plus les jeunes, ce qui nécessite "qu'on soit très attentif au milieu scolaire et universitaire". 

Les tests de dépistage du Covid-19 seront "déployés encore plus fortement" dans les lycées. Le protocole sanitaire pourra être "accentué" dans le monde éducatif "dans le futur si nécessaire", a ajouté Jean-Michel Blanquer. Le ministre a également laissé la porte ouverte à des mesures différenciées selon les régions.

Si les choses devaient s'aggraver dans certains départements, on pourrait prendre des mesures spécifiques. À ce stade, cependant, ce n'est pas envisagé.

Jean-Michel Blanquer, ministre de l'éducation nationale

 

Les Outre-mer en continu
Accéder au live