La sortie du confinement en France ne signifie pas que le Covid-19 ne circule plus sur la planète

politique
Covid 19
©Image par Alexandra_Koch de Pixabay

A partir de ce lundi 3 mai 2021, les mesures de restrictions de la liberté de circuler sont levées progressivement en France. Faut-il s’en réjouir, sachant que la planète entière tente de juguler la pandémie ?

Sauf si les statistiques de la circulation du virus Covid-19 repartent à la hausse ici ou là, le calendrier de la sortie du confinement rendu public par le chef de l’Etat jeudi 29 avril 2021 sera respecté. Des voix s’élèvent déjà pour le remercier, d’autres pour le féliciter pour cette décision hautement politique.

Il aura fallu de longues semaines de discussions, de réflexions et d’analyses de l’évolution des courbes de l’épidémie au pouvoir exécutif pour fixer cet échéancier. Dès ce lundi 3 mai 2021, les limitations des déplacements seront supprimées. Puis le 19 mai, les terrasses des restaurants, les commerces et les lieux culturels pourront rouvrir.

Le couvre-feu sera repoussé à 21 heures à cette date. Le 9 juin, il sera décalé à 23 heures. Les restaurants et les salles de sport seront autorisés à accueillir le public sous certaines conditions. Enfin, le 30 juin, il sera mis fin au couvre-feu. Ceci à la condition impérative que l’épidémie reste sous contrôle.

Un plan à plusieurs paliers

 

La diminution du nombre de malades reste récente et aléatoire. Si les efforts de vigilance prennent fin d’un seul coup, le risque est réel de relancer la contamination et leur corollaire, les hospitalisations massives. D’où la prudence du président. Il précise que la levée des restrictions sera interrompue « dans les territoires où le virus circulerait trop ».

Le discours présidentiel se veut rassurant et optimiste. En fin politique qu’il est, le chef de l’Etat sait que la population supporte de plus en plus mal les limitations aux allers et venues. La proximité des élections pour le renouvellement des assemblées locales a également pesé dans la balance. Il faut permettre aux candidats de rencontrer les électeurs pour que la campagne électorale soit dynamique.

Pour autant, la pandémie est-elle sur le point de se terminer ? Chacun espère que le virus aura cessé de nous tourmenter d’ici la fin de l’année. Or, l’Organisation mondiale de la santé pense que le coronavirus ne sera pas vaincu en 2021.

Rien ne sert de courir…

 

Le directeur des questions d'urgence sanitaire de l’OMS, le Dr Michael Ryan a déclaré le 1er mars dernier dans une conférence de presse : « Il serait très prématuré et, je pense, irréaliste de penser que nous allons en finir avec ce virus d'ici la fin de l'année ».

Il ajoute que nous pouvons en finir, en revanche, « avec les hospitalisations, les morts et la tragédie associées à cette pandémie ». Et de signaler : « Nous devons séparer dans nos esprits la question de savoir si nous contrôlons le virus ou si le virus nous contrôle. À l’heure actuelle, c’est le virus qui nous contrôle ».

Comme le disaient nos anciens : « Tro présé pa ka fè jou wouvè ». La prudence est de mise, plus que jamais, en dépit de l’optimisme affiché et de l’affichage de signaux de fatigue sociale face à cette tragédie sanitaire planétaire. Répétons-le à toute fin utile : la France n’est pas isolée dans le vaste monde.