martinique
info locale

Les laboratoires de biologie appelés à fermer complètement pendant trois jours

social
Personnel de laboratoire
Personnel de laboratoire en Martinique. ©Martiniquela1ère
Après une grève partielle en septembre dernier, les 4 syndicats de biologistes décrètent une grève totale des laboratoires les 22, 23 et 24 octobre, y compris en Martinique. Ils dénoncent des restrictions budgétaires imposées par l’assurance-maladie et des risques de fermetures pour certains.
Le 23 septembre dernier, les syndicats avaient appelé à une grève partielle d’une durée d’une semaine. Le mouvement avait été suivi par 95% des laboratoires de biologie médicale en France et en Outre-mer. Leur pétition avait également réuni plus de 300 000 signataires. 
 

Un succès sans effets


Les biologistes estiment n’avoir obtenu "aucune avancée significative", dans les discussions qu’ils mènent en ce moment avec la CNAM, (Caisse Nationale d’Assurance Maladie). Cela signifie que que l’assurance-maladie reste ferme sur sa proposition : une baisse de financement de plus de 10% sur 3 ans. Autrement dit 170 millions d’euros d’économies à réaliser en 2020.

"C’est inédit ! Cela représente le double du montant demandé sur la période précédente", expliquent les professionnels, "des efforts qui viennent s’ajouter aux efforts déjà consentis par le passé."
 

Une profession qui a su s’adapter


En 10 ans, les biologistes médicaux estiment avoir joué le jeu et réalisé 1 milliard d’économies. Par le jeu de restructurations, de regroupements et de mutualisations, la profession s’est donc adaptée. Elle a réussi à maintenir les laboratoires de proximité qui continuent d’accueillir quotidiennement les patients.


Les biologistes se disent au bord de la rupture économique


Pour alerter le gouvernement, les 4 syndicats de biologistes et de groupes de laboratoires, appellent à la fermeture totale des laboratoires de proximité pour une durée de 3 jours. Cet appel est soutenu par la Fédération Nationale des syndicats des internes en pharmacie et biologie médicale.

Les patients qui auraient prévu de se rendre dans des laboratoires trouveront probablement portes fermées. Les cas urgents seront transférés vers l’hôpital public le plus proche.
Publicité