Le 50e festival culturel de Fort-de-France offre une ouverture enchantée avec Malavoi

festivals
Public sous le grand Carbet
Un public conséquent pour l'ouverture du 50e festival de Fort-de-France. ©Daniel Betis
Tapis rouge, discours sur la construction culturelle d'Aimé Césaire, un orchestre emblématique, Malavoi, pour magnifier l'ouverture du 50e festival (samedi 3 juillet 2021).

Pour ce 50e rendez-vous du festival culturel de la ville de Fort-de-France, le Parc Aimé Césaire respirait la créativité.

Avant d'accéder au grand Carbet, le décor composé d'un bloc marqué 50, traversé par un tapis rouge et entouré de cinquante étoiles, rappelait cinq décennies d’action culturelle et de lutte contre l’aliénation.

Sur le fronton du grand Carbet trônait en demi-cercle l’inscription quintessence, surplombée d’une étoile-Rose des vents. Un décor signé de la régie scénique du Sermac (Service Municipal d'Action Culturelle).

Des figures connues sont repérées : les époux Degrandmaison, ou l'ancien maire Raymond Saint-Louis Augustin...

Avant de franchir la salle, le festivalier a droit à une application des consignes sanitaires (masques, prise de température et gel hydroalcoolique).

Madeleine et Renaud de Grandmaison
Madeleine et Renaud de Grandmaison. ©Daniel Betis

 

Annie Chandey, présidente du Sermac, met en exergue la luminance d'Aimé Césaire

 

Dans son discours inaugural, la présidente du conseil d'administration a souligné la flamboyance des éditions passées, imprégnées de la pensée d'Aimé Césaire. .

C'est le moment de se dire satisfait des années traversées. Elles ont permis de démontrer que le Sermac est le terreau culturel qui fertilise toutes les voies et les recoins de notre île et même d'ailleurs.

Annie Chandey, présidente du Sermac

 

Annie Chandey a insisté sur le rôle du Sermac dans l'action de transmission, ainsi que celle  d'anticipation de l'édilité sur la construction de notre histoire et notre identité.

Malavoi emporte le grand Carbet

 

Le groupe  emblématique de la Martinique, a montré  qu’il était dépositaire et garant de la mémoire musicale du pays. Dans un creuset musical intense, la bande à José Privat aux claviers, Nicol Bernard aux percussions, Denis Dantin à la batterie et Jean Marc Albicy, a offert au public une prestation à la hauteur de sa réputation avec l’omniprésence de son chanteur  Ralph Thamar et l'invité Pipo Gertrude.

"Malavoi", "Marinelle", "Hermancia" composition de Loulou Boislaville, "Roro marott, "Masibol" ont fait la démonstration des apports de la musique caribéenne dans leur répertoire. Les tubes comme "Nathalie" chanté par Marie Line Malmin, "Case à Lucie" ont été fortement appréciés. La prestation de Pipo Gertrude "Apartheid", "Gens mwen", "flech kan", "titine bel " a été mémorable.

Le public n'attendait que ça, debout pour chanter avec l'orchestre. Un moment plein de charme, de sensualité, en particulier au moment du duo entre Ralph Thamar et Pipo Gertrude dans "La filo".

 

Le duo Ralph Thamar et Pipo Gertrude.

 

Flamboyant show

 

De la lumière jour au scintillement des étoiles sans perdre son éclat, groupes à pied, orchestres de rue et bradjak feront apprécier leur pouvoir créateur en guise d’ hommage à l’art de résistance, à l’art de résilience et à l’art de l’existence.

Les organisateurs

 

14 groupes à pieds vont déambuler à Fort-de-France dimanche après-midi (4 juillet 2021) sur un circuit à couvrir 2 fois (Rue Ernest Desproge, Boulevard Alfassa, Boulevard Chevalier de Sainte Marthe, Avenue des Caraïbes, Rue de la Liberté, et s'illuminer à la tombée de la nuit.

Les Groupes participants sont Toxic Groove Vibes, Pom Pom C' Chann, Massif Actif, Plastic system Band, Gwanaval, Tanbou bô Kannal, Wélélé Bann, Vakband 972, Moov, Bradjack Addict, Groupe 231, Zot pa Wey, ARtperkut.