Le batteur Dominique Bougrainville signe son premier album solo après 40 ans au service des stars

musique
Dominique Bougrainville / musicien / batterie
Dominique Bougrainville, batteur, percussionniste martiniquais. ©Capture Facebook Dominique Bougrainville / DR
Après des décennies au service d'autres musiciens, le batteur martiniquais Dominique Bougrainville sort son premier album solo, avec plusieurs titres mettant en lumière toutes ses expériences musicales accumulées comme le RnB, le jazz rock, le jungle, le jazz, le zouk, et la musique traditionnelle. Le disque est baptisé "FuzBél".

Dominique Bougrainville vient de signer son premier disque, après avoir accompagné beaucoup de musiciens à la batterie. Cet album est en quelque sorte "une synthèse de ses multiples expériences musicales".

Un album varié et appliqué 

Chaque titre est un travail appliqué. "Ki nov", dédié à son grand-père (qui l'a initié à la musique), est un danmyé harmonisé avec à la basse Alex Bernard, Lenny Ragot au synthétiseur, Micky Téléphe au tambour et Olivier Bertrac au piano.

"Maman mwen" est un "bigmaz", mélange harmonieux de biguine et de mazurka, en hommage à sa mère et aux mamans en général. "Zouti", c'est le bèlè dédié à son père, et le morceau "Ti Carmen, un "woulé mango" écrit pour son épouse.

Le batteur des stars comme Mario Canonge, Ralph Thamar, Marie-Josée Alie, ou encore Spice de la Barbade, a attendu près de 40 ans avant de graver son doigté en guise de cadeau aux siens.

musique
Dominique Bougrainville en action dans le studio d'enregistrement ©Daniel Bétis

Cet album est "un voyage musical" intégrant de la biguine, du  Bèlè, du zouk, marqué par la présence de musiciens talentueux comme Michel Alibo à la basse, Marc Céraline et Edgard Lareney au Djembé.

Un batteur hors-pair mais discret

Dominique Bougrainville a commencé à jouer à l’âge de 8 ans sur des boites de conserves. A 15 ans, il s'exprime avec des groupes de quartiers, à Trénelle par exemple avec "Croissance".

Son talent ne laissent pas insensibles Emmanuel Granier, alors producteur et le pianiste Joël Zabulon. Ainsi à 22 ans, il intègre le groupe JM Harmony, avec lequel il fera plusieurs concerts, notamment au Zénith de Paris.

En 1989, c'est avec Marie-Josée Alie qu'il se retrouve sur scène à Sainte-Lucie, en Martinique et à l’Olympia parisien.

 Les expériences se multiplient

Dominique a aussi joué au Canada et aux Etats-Unis avec le groupe Spice de Barbade, dans un répertoire de calypso, de ska et de reggae. En 2005, il est à la batterie de Fal Frett’ avec les Frères Bernard, spécialistes du jazz caraïbéen.

Auparavant, de 1992 à 1994, il évolue au sein d'Acoustik Zouk. Puis de 1995 à 2000, Dominique Bougrainville est sollicité dans Taxi Créole sur les scènes de Martinique, de Guadeloupe, de Paris, de la Lettonie, de Côte d’Ivoire et de New-York.

musique
La fine équipe autour de leur leader Dominique Bougrainville ©Daniel Bétis

Mais encore... Rockann, Eric Ildefonse, Guy Vadeleux avec son groupe Otantik, mais aussi... Kassav’, Marcé et le groupe Toumpak, Orlane... sans compter les enregistrements en studio, avec Anna Téko, Joby Valente, Skanky, Luc Labonne, Joko, le groupe Mahogany, Eddy Marc, Céline Flériag, Jean-Luc Guanel, Harry Diboula...

Le CV musical de Dominique Bougrainville parle pour lui, car l'homme n'est pas un bavard, mais il sait faire causer ses baguettes dans tous les styles.

Son disque baptisé "FuzBél", est à découvrir en urgence.

musique
Le quintet Bougrainville, avec de gauche à droite, Francis Joseph Rose (bassiste), Dominique Bougrainville (batterie) Olivier Bertrac (piano) et Jean-Luc Bougrainville (chanteur). ©Daniel Bétis