Le chorégraphe international Moïse Rippon est en Martinique pour codifier le Zouk

danse
Moise Rippon
Le Chorégraphe international Moise Rippon est venu codifier le zouk. ©Daniel BETIS
Le chorégraphe guadeloupéen Moïse Rippon est en Martinique pour la codification de la danse du Zouk. Ce travail en conclave, avec d'autres professionnels de la discipline, sera restitué dans quelques mois.

Moïse Rippon fait partie de ses grands chorégraphes, qui ont effectué leur formation jazz et moderne dans les plus grandes écoles américaines, comme Alvin Ailey et  Martha Graham.

Après cet enseignement, Moïse Rippon rejoint  le ballet de jazz de Montréal. Le talent du chorégraphe guadeloupéen est indéniable. Il est sollicité par le Ballet Jazz de Montréal, puis il travaille à la Mudra Afrique et aux Ballets du Brésil. Il s’agit d’un professionnel  expérimenté qui a accompagné des artistes de la diaspora : Tanya Saint-Val, Ralph Thamar, Kassav...    

Chorégraphe des évènements prestigieux

Il est connu à Abidjan (Côte d'Ivoire), à Yaoundé (Cameroun) à Libreville (Gabon) pour les "Africa musique Awards. Il a travaillé pour une série de vedettes du petit écran, de Jacques Martin à Nagui.  

L’idée de chorégraphier cette danse demeure est un grand défi. Ce challenge est une formule de la Team Zouk, animée par les deux chanteurs, auteurs-compositeurs, promoteurs culturels : Jean Marc Templet et Patrick André.

Jean-Marc Templet - Patrick Andrey / Zouk
Les zoukeurs Jean-Marc Templet et Patrick Andrey. ©Jean-Marc Templet - Harry Jeanne

Ils ont décidé de  redonner au zouk sa vitalité en le faisant voyager. L’objectif est de poursuivre la promotion de ce patrimoine, préserver l’authenticité, assurer la transmission et valoriser le zouk grâce à une codification. 

Un défi fou pour 7 thématiques  

Créer une dynamique reconnue à l’international passe par 7 thématiques qui ont chacune leur code.

Le zouk Classique, l’original, est le plus populaire accessible à tous.

Le zouk Love qui a un temps écumé les boîtes de nuit. Il a supplée les slows des années 60. Avec son côté chaloupé et langoureux, le zouk love demeure le symbole de l’amour et de la sensualité.

Le zouk Rn’B, est très jeune et  avant-gardiste. L’un des chefs de file est Jean-Michel Rotin.

Le zouk "Saucisson" à un côté très théâtral, il passionne, c’est une expression.

Le Zouk chiré, très envolé, très acrobate, il continue à transmettre cette joie de vivre.

Le Zouk un carreau,  symbolise la drague, une certaine nostalgie.

Le zouk New wave, le zouk arrivé dans un pays épouse la culture de celui-ci. Le métissage qui en ressort donne naissance à un produit coloré. À cuba est né la salsa zouk, au japon la Japan-Zouk.

Catherine Laupa
La chorégraphe martiniquaise Catherine Laupa. ©Daniel Betis

Sous l’autorité et l’œil expert de Moïse Rippon et de son assistant le chorégraphe Jean Claude Lamorandière, d’autres chorégraphes (comme Catherine Laupa) travaillent à cette codification du zouk.

Les organisateurs et les créateurs  se sont donnés 2 mois pour mettre en place et construire un fil conducteur pour chaque thématique.  

Ce projet (Guadeloupe / Martinique) revêt pour la Team Zouk une grande importance. Il est à la fois pédagogique, culturel, économique et touristique. La présence des chorégraphes (Guadeloupéen et Martiniquais) démontre que nos régions sont porteuses de talents, que nous pouvons travailler en synergie.

Jean Marc Templet - l'un des concepteur du projet

Moïse Rippon travaille en ce moment avec Catherine Laupa, l’une des figures emblématique de la danse dans les premières années de Kassav, qui salue cette initiative.