Les étudiants de Schoelcher désertent le campus mais ceux qui restent s'entraident

éducation
Personnes sur le campus de Schoelcher
La directrice du CLOUS (centre local des œuvres universitaires et scolaires) en compagnie d'un "étudiant relais". ©Martinique la 1ère
Il ne reste qu'une centaine d'étudiants sur les 740 inscrits sur le campus de Schoelcher (Martinique). Avec la direction du CLOUS (Centre Local des Oeuvres Universitaires et Scolaires), les étudiants qui sont restés organisent la "résistance".
Le campus de Schoelcher comptait 740 étudiants avant le confinement, il n'en reste qu'une centaine aujourd'hui. Des étudiants étrangers, martiniquais, guadeloupéens ou d'autres régions de France.

Afin d'assurer la sécurité, la direction du CLOUS (Centre Local des Oeuvres Universitaires et Scolaires), fait appel à des étudiants relais. L'objectif est de garder le contact avec la communauté.

Ils (les étudiants, ndlr), ont créé un groupe whatsApp. (...) Tous les jours les étudiants disent Ok je vais bien, et pour ceux qui n'ont pas envoyé le message, les étudiants relais les appellent. Et s'ils ne répondent pas, un représentant de l'administration se déplace avec les clés pour s'assurer que l'étudiant est en bonne santé.
(Valérie Cabord, la directrice du CLOUS)


(Re)voir le reportage de Maurice Violton et Guilhem Fraissinet. 
Ces étudiants doivent respecter des règles strictes pour éviter la propagation du virus comme par exemple l'interdiction de recevoir des personnes extérieures dans les chambres du CLOUS. 

 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live