"Le disque vinyle est une perle rare qu’il faut préserver coûte que coûte"

musique
Elie Ozier-Lafontaine
Elie Ozier Lafontaine a passé 30 ans à l’animation radio. ©E.OL
Le disque vinyle a connu ses heures de gloire avec l’explosion de la biguine dans les bals populaires puis dans les dancing et cabarets avant de disparaitre. Mais il a ses défenseurs. "Le disque vinyle est une perle rare qu’il faut préserver" déclare l'animateur Elie Ozier Lafontaine.

Le disque Vinyle fait son entrée dans les foyers et sur la platine. On écoute tous les genres musicaux. D'Hurard Coppet à Léona Gabriel, en passant par les premiers disques 33 tours des compas d'Haïti, dans les années 70. Les Martiniquais sont friands de bonne musique caribéenne et internationale.

Elie Ozier Lafontaine a passé 30 ans à l’animation radio et pour lui le disque 33 tours, tout comme son ancêtre le 78 tours, sont des perles rares qu’il faut préserver à tout prix.

Elie Ozier-Lafontaine

Entassés dans les sous-sols des maisons, dans les studios d’enregistrements ou dans les archives des radios locales, les vinyles supports de notre musique au gré des époques, de vrais coffrets à bijoux gardés par quelques passionnés comme Elie Ozier Lafontaine.

Sur ces pochettes cartonnées, des photos d’un autre temps, et musicalement un son craquelé mais authentique !

Dans les années 90 la mort du 33 tours est effective. Mais depuis peu, il s’offre une seconde  jeunesse. Elie fait tout pour sauver les siens.

Boite à musique
Appareils à disques des temps passés. ©Audrey Govindin