Le militant anti-chlordécone Kézhiah Nuissier, est jugé pour violences contre des policiers

justice
Keziah Nuissier
Keziah Nuissier, lors de la conférence de presse (3 novembre 2020). ©André Quion Quion
Ce lundi 09 Novembre 2020, Kéziah Nuissier, à qui il est reproché d’avoir commis des violences contre des policiers, lors d’une manifestation de soutien, doit être jugé devant le tribunal correctionnel de Fort de France en comparution immédiate. Rappel des faits.
Tout commence le 16 juillet 2020, à l'occasion d’une manifestation aux abords du commissariat de police de Fort-de-France, Kéziah Nuissier est interpellé pour des faits de violence à l’endroit des forces l’ordre.

Depuis, les versions divergent. D’un côté, Kéziah affirme avoir été frappé par les forces de l’ordre, de l’autre le procureur déclare que les policiers ont été victimes de coups portés par jeune homme.
 

Contrôle judiciaire pour Kéziah et plainte à l’encontre des gendarmes et policiers


À l’issue de cette première phase de l’affaire, Kéziah Nuissier est placé sous contrôle judiciaire. Mais lui aussi porte plainte contre les forces de l'ordre pour violence. Le procureur saisit alors L’Inspection Générale de la Gendarmerie Nationale (IGGN) et l’Inspection Générale de la Police Nationale (IGPN).

Parallèlement la procédure se poursuit et le militant anti-chlordécone est convoqué devant le tribunal correctionnel de Fort-de-France. Ses avocats Maîtres Alex Ursulet et Dominique Monotuka, produisent des certificats médicaux attestant de son incapacité à se rendre à ces différentes convocations.

Le 13 août 2020, ils parviennent même à obtenir la levée du contrôle judiciaire de leur client, et le report de sa comparution immédiate prévue le 27 août.

Depuis, l’enquête de l'Inspection Générale de la Gendarmerie Nationale (IGGN) et l’Inspection Générale de la Police Nationale (IGPN) a conclu que deux gendarmes avaient commis des délits lors de l’interpellation de Kéziah Nuissier mais que cette interpellation était légitime.
 

Changement d’avocats et nouvelles plaintes


La nouveauté de ce dossier c’est le changement de stratégie de la défense du militant. Elle intervient après un changement d’avocat.

Exit Maîtres Ursulet et Monotuka, le jeune homme est désormais défendu par Maître Eddy Arneton et le bâtonnier Raphaël Constant qui ont accusé la semaine dernière, le procureur de la République de faire preuve de partialité. Ils ont aussi porté plainte contre l'hôpital Pierre Zobda Quitman pour ne pas avoir interrompu la garde vue de leur client pour raisons médicales et contre les policiers pour faux.

Les conseils de Kéziah Nuissier soutiennent qu'il existe des éléments dans le dossier qui prouveraient que les gendarmes ont porté en premier des coups à l'encontre de Kéziah.

Dès lors l’incertitude sur le maintien de la comparution est permise.