Le mouvement "Péyi-A" propose une nouvelle dynamique politique "que la Martinique attend"

élections
Claude Lise, Jean-Philippe Nilor et Marcellin Nadeau
Claude Lise, Jean-Philippe Nilor et Marcellin Nadeau lors de la rentrée du mouvement Péyi-A (17 janvier 2021). ©André Quion Quion

Le mouvement Péyi-A a effectué dimanche (17 janvier 2021), au Lamentin sa rentrée politique avec l'objectif de proposer une nouvelle dynamique politique "que la Martinique attend", selon ses dirigeants.

Plusieurs centaines de militants ont assisté à la rentrée politique du mouvement politique Péyi-A dimanche 17 janvier 2021 au quartier Hauts de Californie au Lamentin.

Le jeune mouvement créé il y a à peine deux ans, compte ses troupes avant de constituer sa liste pour les élections territoriales.

Péyi-A se présente comme l’alternative aux partis qui se disputent le pouvoir depuis plus de 20 ans.

(Re)voir le reportage de Delphine Bez et André Quion Quion.

Rentrée du mouvement Péyi-A en vue des élections territoriales.

Des renforts dont la députée Manuela Kéclard Mondésir

 

Parmi les soutiens, de Péyi-A, Claude Lise, président de l'Assemblée et du RDM (Rassemblement Démocratique pour la Martinique), les maires du Diamant, François, Vauclin ou Fonds-Saint-Denis et la députée Manuéla Kéclard Mondésir qui prend "son autonomie".

L'ancienne suppléante de Bruno Nestor Azerot à l'Assemblée Nationale, lui a succédé en 2018. Manuela Kéclard Mondésir était également proche du MIP (Mouvement d'Initiative Populaire), présidé par le maire de Sainte-Marie, Bruno Nestor Azérot (le MIP qui effectuait également sa rentrée dimanche en même temps que Péyi-A). 

La députée annonce qu'elle fera campagne avec Péyi-A en vue des élections territoriales. "Je dis oui à Jean-Philippe Nilor et oui à Marcellin Nadeau".

Manuéla Kéclard Mondésir

Marcellin Nadeau et Jean-Philippe Nilor
Marcellin Nadeau et Jean-Philippe Nilor, les dirigeants du mouvement Péyi-a. ©Pey-a (FB)

 

Les Outre-mer en continu
Accéder au live