Le mouvement politique Péyi-A veut renverser la table

politique
Rentrée de Péyi-A
Rentrée du mouvement Péyi-A (17 janvier 2021 au Lamentin). ©André Quion Quion

Les militants de la formation coprésidée par Marcellin Nadeau et Jean-Philippe Nilor ont effectué leur seconde rentrée lors d’une réunion tenue dau quartier des Hauts de Californie, au Lamentin, dimanche 17 janvier 2020. Ils se préparent au renouvellement des instances de la CTM.

De 450 à 700 participants selon les méthodes de comptage lors d’une réunion de rentrée voulue solennelle à laquelle se pressent de jeunes militantes et militants en grand nombre. Une diversité de formations et de personnalités politiques est visible, allant de la conséquente délégation du RDM de Claude Lise aux historiques du MIM représentés par Marcel Thelcide, en passant par la députée Manuéla Kéclard-Mondésir.

A noter aussi la présence de : Raymond Théodose, ancien maire de Rivière-Pilote ; Franck Sainte-Rose-Rosemond des Ateliers schoelchérois ; Thierry Renard de France insoumise ; Nathalie Jos de Martinique citoyenne ; Bertrand Cambusy de la CSTM. Béatrice Bellay, première secrétaire fédérale du Parti socialiste a transmis une lettre lue à la tribune par Jérémie Ferdinand, l’animateur de la rencontre, le jeune qui monte à Péyi’a.

La véranda et la grande salle de réception de la Villa FL ont été littéralement prises d’assaut par les participants. Sans conteste, la rentrée de Péyi’a est un succès. Dimanche oblige, chacun avait revêtu ses habits du dimanche. L’ambiance était vibrionnante et studieuse à la fois.

Très en verve, Claude Lise a ironisé sur certains concurrents innommés mais aisément reconnaissables. Il estime que le moment du passage de témoin est arrivé. Il ne dira pas su’il repart à la bataille, mais il laisse deviner une intention, celle de transmettre et de se mettre à disposition de la génération montante.

Proposer une autre offre politique

 

Les discours d’Aurélie Nella, de Marcellin Nadeau et de Jean-Philippe Nilor ont été clairs à cet égard. A les entendre, le projet à présenter aux électeurs est en voie d’achèvement. Il reste dorénavant à constituer une liste équilibrée représentant les différentes sensibilités de ceux qui sont disposés à faire bloc avec Péyi’a.

Tous les concurrents aux élections territoriales auront à relever ces deux défis majeurs. Les dirigeants de Péyi’a prétendent métamorphoser la manière de faire de la politique, en proposant des solutions innovantes à tous les problèmes auxquels la population est confrontée.

Le mouvement, lancé en février 2019, ambitionne de faire accéder à la CTM des profils qui en sont éloignés : des experts, des jeunes, des militants associatifs, notamment. Nadeau, Nilor et leurs camarades sauront-ils renverser la table comme ils le proclament ? Réponse au mois de juin.

Les Outre-mer en continu
Accéder au live