Le Réseau Rempart-Martinique est né pour mieux sauvegarder le patrimoine

association
patrimoine
Le Réseau Rempart-Martinique est né ©Daniel BETIS
Le Réseau Rempart Martinique existe désormais en Martinique. Sa mission consiste à restaurer, mettre en valeur et transmettre la patrimoine afin de construire un avenir durable et solidaire.

Six associations se sont engagées et autour du projet de valorisation du patrimoine martiniquais. Profitant de la présence d'Olivier Lenoir, le délégué général de l'Union Rempart, Karib Cultur", "Abite", "Caid Patrimoine", "l'Omdac, "la Martinique d'insertion", Machoket", ont présenté leurs structures et échangé sur la question du patrimoine.

Un rempart pour transmettre le patrimoine

Le délégué général national de l'Union Rempart, Olivier Lenoir, a rappelé les grandes lignes de l'Union qui conçoit le patrimoine comme un trait d'union entre les populations permettant un  partage intergénérationnel.

Cette démarche n'est possible que par des actions collectives, éducatives, favorisant l'épanouissement autour d'un projet culturel faisant appel au bénévolat ou au volontariat.

Par des actions collectives, éducatives, de formation, de médiation et d'insertion, Rempart préserve les patrimoines bâtis ou naturels et le savoir-faire traditionnels.

Le Réseau Martinique est lancé

Six associations de profils différents la composent. Elles ont pu présenter leurs actions et leurs objectifs lors de la création.

L’association "Abité" pour l’innovation en architecture, patrimoine et design représentée par Laurianne Jacques a mis l’accent "sur une réflexion autour de l’usage participatif et collectif de l’espace public.

"Caïd Patrimoine" , avec ses 3 membres : Bruno Sorel, Samantha Emica et Martine Pastel, s’est exprimée sur les opérations portant sur la sauvegarde, la préservation et la restauration de bâti culturel, historique ou environnemental.  

"Karib  Cultur", représentée par  Xavier Colnard et Régine  Van Puyenbrouk sa présidente, a mis en avant la valorisation de l’histoire et du patrimoine caribéen.     

Quant à "L'Omdac", organisation martiniquaise des Arts et de la culture. (Rodrigue Toussiès et Yves Marie Séraline), ont mis en avant l’expérience de coopération internationale dans la valorisation du patrimoine historique culturel et immatériel. 

La présidente Gisèle Ericher pour "Machoket", a rappelé son action vers les publics intergénérationnels par la connaissance de leur histoire à travers plusieurs disciplines.

patrimoine
Gisèle Ericher présidente de Machoket ©Daniel BETIS

C'est un réseau qui nous apportera des retombées. Dans notre association, 3 agents suivront la première formation de la pierre pour Union Rempart, (avec ses 200 associations, la Martinique comprise), œuvre en faveur du patrimoine dans toutes ses dimensions pour revaloriser notre patrimoine. Nous avons un chantier d'insertion sur le camp Tourtet de Balata, mais nous avons en projet avec la ville de Fort-de-France, de réhabilitation de la maison de quartier de type colonial. Cette formation tombe à point nommé.

Gisèle Ericher Présidente Machoket

Un réseau national puissant soutenu par des partenaires

Le patrimoine constitue un repère structurant dans le temps et l’espace incarnant une histoire, une culture, une image identitaire de la communauté d’appartenance du  citoyen, d’où l’importance des associations qui s’unissent et agissent ensemble autour d’un projet patrimonial. Chaque association tient compte de l'environnement social, économique et culturel.

L'union Rempart est soutenue sur le plan institutionnel par les ministères chargés de la culture, de la jeunesse, de l'éducation nationale, des affaires étrangères et européennes et des assemblées locales.

La structure reçoit des aides comme celle de la Fondation du patrimoine au niveau national ou la Fondation Clément en Martinique.