Les agents de Pôle emploi Martinique réclament plus de sécurité et d’effectifs, suite au meurtre de leur collègue dans la Drôme

sécurité
Agence Pôle emploi
Agence de Pôle emploi à Fort-de-France. ©Pôle emploi FdeF

Après la journée d’hommage rendue par les 900 agences de Pôle emploi de France à une conseillère tuée par balle le 29 janvier 2021, les agents de Martinique demandent de nouvelles mesures de sécurité dans tous les points d’accueil.

C’est dans un communiqué de presse publié le 2 février 2021, que la CTU/USAM, l’une des 4 organisations représentatives du personnel de Pôle emploi Martinique, interpelle la direction locale, afin de réclamer davantage de sécurité sur l’ensemble des sites.

"Niveau élevé d’exposition des personnels de Pôle emploi"

 

"La direction de Pôle emploi doit regarder froidement la réalité en face" souligne le syndicat. 

Le coronavirus a creusé les inégalités sociales. Le Covid-19 jette chaque jour des centaines et des centaines de salariés hors des entreprises. Ce virus malveillant a amplifié la pauvreté...

 

Bref, une bombe sociale à retardement pointe son nez. Il est nécessaire et très urgent de mesurer le niveau élevé d’exposition des personnels de Pôle emploi.

(La CTU / USAM)

 

Encore sous le coup de l’émotion après ce que le syndicat qualifie "d'acte odieux", il réclame un CSE spécial sécurité "sans délai", avec 6 points à l’ordre du jour des délégués : un agent de sécurité sur l’ensemble des sites, y compris au siège, un détecteur de métaux, le rétablissement de l’Accompagnement Social Individualisé (ASI), le reformatage de tous les programmes opérationnels, "tous rendus obsolètes avec la crise Covid-19", l’abrogation des "funestes" dispositions de l’assurance chômage et un fléchage "en pénibilité" de l’exercice de la fonction de conseiller à Pôle emploi . 

"Nous ne sommes pas embauchés pour mourir !"

 

Il y a aussi des agressions chez nous, car les usagers disent souvent ne pas être satisfaits du traitement de leurs dossiers...Heureusement ce sont essentiellement des agressions verbales.

(Alain Carpaye - secrétaire général du bureau syndical CTU / USAM)

 

D’après le syndicat, Pôle emploi Martinique compte - 30% de personnel par rapport à la moyenne nationale, et "il faut s’attendre à une explosion du nombre de chômeurs dans les mois qui viennent, en raison de la pandémie et de la détérioration du tissu économique" redoutent les élus.

Ces derniers dénoncent en outre "avec la plus grande fermeté et la plus grande vigueur toutes les dérives, les mépris et les posts haineux à l’encontre du personnel du Pôle emploi, relayés par les réseaux sociaux".

Une rencontre entre la direction de l’administration et tous les représentants du personnel, est prévue la semaine prochaine.

Les Outre-mer en continu
Accéder au live