Les chauffeurs de taxi collectif déroutés par le lancement du réseau "SudLib Express"

transports
Taxi
Taxi de la commune du Vauclin. ©André Quion Quion
Une révolution pour les voyageurs, mais un manque à gagner pour les chauffeurs de taxi. Les nouvelles lignes qui assurent la liaison entre les communes du sud de l'île et la gare du TCSP à Carrère (Lamentin) lancées hier (lundi 23 novembre 2020) inquiètent les professionnels qui se sentent floués.
Des bus qui relient directement les communes du sud à la gare du TCSP de Carrère au Lamentin, sur le papier et dans la réalité, l'offre est plus qu'intéressante.
Pour preuve, dès le lancement des nouvelles interconnexions du réseau de transport SudLib hier (lundi 23 novembre 2020), l'engouement des voyageurs était évident.Sauf que voilà, les jours précédents, ce sont des chauffeurs de taxi collectif qui avaient cette mission. Une tâche déjà réduite suite au lancement du TCSP en août 2018, puisqu'ils ne peuvent plus se rendre sur le centre-ville de Fort-de-France

À la gare du Vauclin, les bus vert du réseau "SudLib Express" se mêlent aux taxis collectifs. Une dizaine de conducteurs qui ne voient pas ce nouvel arrivant d'un bon oeil.

En effet, ils n'étaient pas au courant de l'ouverture imminente de cette ligne en accord avec l'autorité délégante Martinique Transport.

Selon ces professionnels, les tarifs pratiqués par les bus, entre 2 et 2,10 euros contre 11,20 euros, ne leur permettent pas d'être concurrentiels.

Voir le reportage de Franck Zozor et André Quion-Quion. 
Les taxicos (chauffeurs de taxis des communes) critiquent la nouvelle organisation du transport qui semble les écarter.
Chauffeur de taxi entre le Vauclin et Fort-de-France depuis 28 ans, Georges-Henri Maingé, ne cache pas son désarroi. 
 

On n'a pas eu de vraie concertation. Concerté ou pas, on est d'accord ou pas, mais on n'a pas eu de contact avec les gens de la CTM qui seraient peut-être venus nous voir, nous expliquer. Parce que c'est un service public que l'on fait depuis quelques années.

Effectivement il y a des problèmes dans les transports que l'on connaît depuis quelques années et souvent il se dit par les politiques qu'il faut améliorer ce service. Ce que nous dénonçons, c'est la manière dont ils ont procédé. Ils se sont mis à nous asphyxier.

Ils ne nous ont pas chassés, mais à la longue, on partira. 

 
Chauffeurs
Chauffeurs de taxis collectifs dans le sud Martinique. ©André Quion Quion
Les conducteurs de taxis collectifs du sud de l'île ont du mal à imaginer un avenir dans de telles conditions. Une reconversion à un âge avancé semble compliquée...
Les Outre-mer en continu
Accéder au live